Cameroun- Finance : Motaze lance l'exécution du budget pour l'année en cours à Ebolowa.

Cameroun- Finance : Motaze lance l'exécution du budget pour l'année en cours à Ebolowa.

Desormais, les différents ordonnateurs peuvent engager les différentes commandes publiques, pour la réalisation des objectifs 2021.

Depuis hier, 12 janvier 2021, le budget pour l’exercice qui démarre , tel un train est sur la rails. Il a été lancé par le ministre en charge des Finances au Cameroun, Louis Paul Motaze à Ebolowa, capitale de la région du Sud. L’enveloppe portée à 4, 8655 milliards de francs cfa, soit 4,670milliards au titre du budget général et 195,2 milliards pour les comptes d’affectations spéciales, avait été adoptée par les parlementaires et promulguée par le Président de la République.

L’exécution du budget, qui intervient dans un contexte de crise sanitaire et sécuritaire, connaît néanmoins des innovations orientées vers la croissance du pays. Entre autres innovations, figurent en bonne place : les innovations fiscales et douanières, le budget d’investissement public et les innovations en matière de contractualisation publique, d’où l’intervention des responsables de la Douane, des impôts, des ministères de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire et des Marchés Publics notamment. Il faut rappeler que la circulaire signée le 30 Décembre 2020 par le ministre Louis Paul Motaze, donnait déjà des orientations sur l’exécution du budget, notamment la poursuite de l’optimisation et la mobilisation des recettes internes non pétrolières d’une part, et la rationalisation de dépenses publiques en fonction de leur efficacité d’autre part.
C’est un budget qui par ailleurs tient compte : <>précise la circulaire. Cependant, le choix de la ville d’Ebolowa pour le lancement de la loi de finances 2021, peut susciter des interrogations sur l’état d’avancement des projets structurants dans ladite ville.

Sur le plan de la santé, le centre hospitalier d’Ebolowa qui, à sa livraison affichait un visage reluisant en termes d’infrastructures et d’équipements, au delà des services hospitaliers reconnus à tout hôpital, avait pour ambitions la construction de 12 pavillons présidentiels, une douzaine de résidences de fonction, un héliport étalé sur 12hectares. Un hôpital de référence à caractère régional qui malheureusement semble sous exploité aujourd’hui. Le résultat est plutôt alarmant avec des équipements hors service, la vétusté de certains équipements du plateau technique, les délestages réguliers, les effectifs réduits, voilà quelques difficultés que rencontre cette institution sanitaire. Faisant une incursion dans le domaine des infrastructures routières, l’on peut se souvenir de l’annonce faite le 17 janvier 2011, pour les plus jeunes par le chef de l’Etat, du projet de construction de la route Embolwa-Akom ll en ces mots :<>. En effet, ceci n’était qu’un rappel pour les plus âgés, car elle avait déjà été faite en 1991 lors d’une visite du chef de l’Etat à Ebolowa. Toutefois, que ce soit 1991, 2011, à cette date 2021, il n’en est véritablement pas grand chose de cette route Ebolowa-Akom ll.
L’un des plus jeunes projet structurant lancé dans la ville est l’agence régionale BEAC-Ebolowa. C’était le 29 septembre 2020, que le premier ministre Joseph Dion Ngute, procéda à la pose de la première de cet édifice qui devra s’étendre sur une superficie de 9 144 mètres carrés. C’est un projet qui d’après le gouvernement marque un véritable saut qualitatif dans le processus de développement du pays, au moment où la décentralisation prend effectivement corps. Toutefois le peuple reste dubitatif face à ces déclarations presque jamais suivies de réalisations sur le terrain du concret.

DONALD ARMEL OMOLOBINA.

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.