Économie : les petites actions de l'Etat en matière d'électrification

Économie : les petites actions de l'Etat en matière d'électrification

La problématique d’approvisionnement en énergie électrique, reste un véritable caillou dans sa chaussure.

Dans un contexte d’électrification assez faible, l’Etat du Cameroun avait pensé à des moyens pour palier la situation. Des stratégies de projets de construction en matière d’infrastructures énergétiques devaient permettre de résoudre considérablement la sous électrification des zones urbaines et rurales.

L’offre en énergie électrique au Cameroun est très insuffisante. Le plus intriguant, c’est l’inadéquation entre l’offre et le potentiel énergétique disponible. La production d’énergie primaire était répartie en 2014, entre biomasse (50%); hydroélectricité (4,5%) et combustibles fossiles (45,3%),dont pétrole 39,6% et gaz naturel 5,7%.

 Projets énergétiques

Le 8 novembre 2018 à Paris, les accords de financement relatifs à la construction de la centrale hydroélectrique de Nachtigal avaient été signés. Ces accords étaient entre le Cameroun et les financiers de la Banque Africaine de Développement. L’un des plus grands projets énergétiques d’Afrique, il était évalué à environ 786 milliards de FCFA.

La capacité de production attendue de cette centrale, est de 420 Mw d’énergie verte. Ce qui devrait permettre avant 2023 d’installer 30% de l’énergie électrique au Cameroun.

Tout avant cela, l’Etat avait lancé la construction du barrage de Lom Pangar. Ce projet visait à améliorer l’accès à l’énergie en zone rurale. Ce barrage d’une capacité de 6milliards de m3 d’eau, devrait permettre de régulariser le débit de la sanaga à moyen terme. Aussi, il devra permettre d’augmenter la capacité de production des centrales existantes. Il s’agit d’Edea et song loulou qui peinent à satisfaire la demande en énergie.

Attendue depuis 2017, la totalité de l’électricité produite par le barrage de Memve’ele devrait déjà être disponible dans le réseau interconnecté Sud. La réalisation de ces projets aurait permit au gouvernement de marquer un véritable saut qualitatif, en matière de production d’électricité. Il faut rappeler que l’Etat du Cameroun, prévoyait de porter de 25% en 2015 à 50 %à 2020, le taux d’électrification du pays. Toutefois, malgré les efforts du gouvernement, les populations broient du noir, car, presque aucun de ces projets n’ayant atteint la maturation attendue.

DONALD ARMEL OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.