Cameroun : La SONAMINES pour assainir le secteur minier

Cameroun : La SONAMINES pour assainir le secteur minier

La précarité de la gestion minière, compte désormais sur Société Nationale des Mines (SONAMINES), pour refaire sa toilette. Au regard de ses missions, l’on pourrait penser à une panacée absolue.

Le 14 décembre 2020, un décret de Paul Biya, donnait naissance à la SONAMINES. Fort du constat d’une gestion mitigée du secteur minier, l’article 4 du même décret mandate la structure, pour la gestion des intérêts de l’Etat. On pourrait à juste titre, penser à une révolution minière. Le ministre des mines, Gabriel Dodo Ndoke, le rappelait lors d’un point de presse. Il déclarait : » Le président de la République vient de révolutionner totalement le secteur minier Camerounais.

Hier encore, les expatriés se taillaient la part belle, des ressources minières du pays. L’avènement de la SONAMINES, permettra au Cameroun de bénéficier des retombées, de l’exploitation de son sous-sol. La réalisation des opérations minières, commerciales et industrielles pourront désormais compter sur la SONAMINES.

La société se constitue à cet effet, en bras séculier de l’Etat dans le secteur des mines. Elle permettra à l’Etat, de se déployer pour booster la réalisation et le suivi des grands projets miniers. Toutefois, ses missions sont clairement définies.

 Des missions de la SONAMINES.

La structure datant de quelques mois, détient un cahier de charge connu. Elle devra s’occuper des études relatives à l’exploration et l’exploitation des substances minérales.

Par ailleurs elle sera chargée des opérations d’achat et de commercialisation de ces substances minérales. Il s’agit de l’or et du diamant. De manière générale, elle sera aux avant-postes dans toutes les opérations minières, car elle dispose des ressources pour effectuer ses tâches.

Elle est une société à capital public, avec pour unique actionnaire l’Etat. Celui-ci met à sa disposition, des moyens techniques et financiers pour l’accomplissement de ses tâches.

Pour favoriser son essor, la SONAMINES devra s’entourer, d’une main d’œuvre efficace et efficiente. C’est d’ailleurs la raison des partenariats, avec les grandes écoles de formation aux métiers miniers. Même si le ministre des mines y travaille encore, les résultats s’annoncent probants. Le fruit desdits partenariats, sera l’assurance de  » l’adéquation entre le besoin sur le terrain et la formation des étudiants « , tel que l’a affirmé le ministre Dodo Ndoke.

DONALD ARMEL OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.