VIH SIDA : L’engagement de tous s’impose pour vaincre ce mal

La célébration la 34ème journée internationale contre cette maladie a été l’occasion de réveiller les consciences quant aux contributions globales pour gagner ce combat.

La célébration la 34ème journée internationale contre cette maladie a été l’occasion de réveiller les consciences quant aux contributions globales pour gagner ce combat.

Les propos de Manaouda Malachie, le ministre camerounais de la Santé lors du point de presse accordé aux Hommes des médias dans la salle de conférence du département ministériel dont-il a la charge sont davantage venus tirer la sonnettes d’alarme sur la lutte contre cette maladie virale. Un discours interpellateur du patron de cette administration à l’aube de la vision internationale prônée par l’Organisation Mondiale de Santé en vue de vaincre cette maladie sexuellement transmissible à l’horizon 2030.

Un engagement de l’instance sanitaire mondiale afin de mettre de fin à cette menace qui constitue un véritable problème de santé publique depuis plus de trois décennie. Un défi permanent est envisagé en cette nouvelle célébration, ceci alors près de 38 millions de personnes vivaient avec le VIH en 2020 et plus de 28 millions d’infectés avaient accès à la thérapie antirétrovirale au 30 juin 2021. Des statistiques de l’ONUSIDA qui interpellent sur le combat global et urgent à mener par l’ensemble des couches sociales dont les contributions pourraient réduire de façon considérable le taux de contagion qui, selon UNICEF touche un (01) enfant chaque 02 minutes.

Une dynamique commune des différents acteurs intervenant dans la chaine sanitaire mais aussi de toute personne consciente ou non des méfaits causés par cette pathologie dans l’optique de réduire à sa plus simple expression ce virus. Occasion pour le chef de département de rappeler les chiffres du Cameroun dans ce combat : « 95% des personnes vivant avec le VIH connaissent leur statut sérologique, 95% de personnes qui savent qu’elles sont séropositives au VIH ont accès à un traitement, 95% des personnes sous traitement ont une charge virale indétectable. »

Des avancées notables en matière de prise charge de cette pandémie au Cameroun avec des taux de prévalence toujours un peu plus convaincants car le pays enregistre 2.7% de taux de prévalence nationale contre plus de 10% il y a une décennie. Raison pour laquelle une synergie d’actions est impérative afin de contribuer efficacement à l’éradication du Sida. En effet, « Cela est encore possible réaffirme le Minsanté, si on conjugue les points de vue, les expertises et les expériences de terrain, en additionnant les volontés d’agir ». En guise de rappel, les activités marquant cette 34ème journée Internationale ont débuté le 17 novembre avec le lancement solennel de la 06ème édition du mois camerounais de lutte contre le Sida.

Brice Ngolzok

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.