Assemblee nationale : Polémique sur les avantages et indemnités des parlementaires

Assemblee nationale : Polémique sur les avantages et indemnités des parlementaires

Le Samedi, 09 avril 2022, ont pris fin les travaux de la première session parlementaire ordinaire de l’année en cours. Le constat fait pendant les 30 jours d’activités est : l’absentéisme de plusieurs députés à l’hémicycle de l’Assemblée Nationale. Une situation qui a poussé le Président de la chambre basse du parlement, Cavaye Yeguié Djibril, à fustiger publiquement ces absences non justifiées au cours de la plénière du 04 avril 2022. Selon le journal Camerounweb certains députés dits « Simple », se sont montrés moins disposés à prendre part aux travaux, pour exprimer leur colère après avoir constaté que seuls les 23 membres du Bureau de la chambre, ont récemment été dotés de véhicules de fonction.

État des lieux

Au début de la présente législature, la 10ème, en mars 2020, le Premier ( 01er ) Vice-Président de l’Assemblée Nationale aurait reçu une dotation pour l’achat d’un véhicule d’un montant de 70 millions de FCFA, les cinq(05) autres Vice-Présidents : 60 millions, les quatre (04) Questeurs : 50 millions et les douze (12) Secrétaires du Bureau : 45 millions de FCFA. Ce sont ces 22 membres du Bureau de la chambre plus le Président de l’Assemblée Nationale qui semble à nouveau être dotés des véhicules de fonction.

 indemnités

Le reste des élus sur les 180 au total que compte la chambre basse du parlement et qui se font appeler prosaïquement « députés ordinaires », n’ont reçu que dix (10) millions de FCFA chacun, comme dotation pour achat de véhicules depuis le début de l’actuelle législature.Ces derniers, déjà parmi les membres les moins rémunérés de l’Assemblée Nationale avec un salaire, indemnités et autres avantages cumulés avoisinant 800.000 FCFA comme net à percevoir le mois, estiment lésés. Mécontents, que l’enveloppe consacrée à la deuxième dotation des députés en véhicules aurait été inéquitablement répartie ils ne cachent pas leur indignation.

Vers un plaidoyer pour une augmentation

Indépendamment des chapelles politiques, les députés « marginalisés » voudraient entreprendre une sorte de plaidoyer auprès du pouvoir exécutif afin que le reste des députés « ordinaires » puissent avoir quelque chose . Un ajout qui leur permettant de mieux jouer leur rôle à savoir : voter les lois et contrôler l’action gouvernementale. S’agissant de l’argent octroyés par l’Etat dans le cadre des micro-projets pour le député ou de l’ordre respectivement de 08 et 10 millions de FCFA des voix s’élèvent dans l’opinion pour une réorientation desdits fonds en vue d’une meilleure utilisation sur le terrain.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.