Cameroun : Croisade contre les violences faites aux enfants

Cameroun :  Croisade contre les violences faites aux enfants

Les parlementaires y mettent un point d’honneur, à travers une présentation des chiffres avancés durant la séance plénière spéciale.

Les statistiques communiquées aux députés pendant   la commémoration de la journée de l’enfant africain sont alarmantes.  La situation de violences, abus, maltraitances, négligence et exploitation des enfants a pris des proportions inquiétantes.  Que ce soit en famille, à l’école ou dans la communauté, ces comportements malveillants touchent les enfants de tout âge. Selon Pauline Irène NGUENE, c’est la loi de l’omerta qui règne dans ce domaine. Ce qui rend impossible toute tentative de dénonciation.

Des chiffres effrayant au sujet des violences faites aux enfants

Chaque année, environ 300 millions d’enfants sont victimes de violence. Dans son adresse à l’hémicycle , le  Directeur de Plan international Cameroun, révèle  qu’environ 38 enfants ont été utilisés depuis le début de l’année pour perpétrer des attentats suicides dans le lac Tchad. Soit 86 au total transformé comme chair à canon dans tous types d’attaques depuis trois ans.  Toujours au parlement, le représentant de l’Unicef a déclaré que 2 enfants sur 3 ne sont pas enregistrés à la naissance, 1sur 2 n’a pas d’actes de naissance, 3 sur 8 se marient précocement parmi lesquels 1/10 avant l’âge de 15ans. La majorité des enfants camerounais de 5 à 17 ans travaillent au lieu d’aller à l’école. 87% ont connu la discipline de violence dans les ménages et leurs entourages.  Des données insoutenables pour les élus de la nation appelés à se joindre au combat.

Les chiffres donnés par le bulletin d’information statistique et social (BISS) du Ministre des affaires sociales donnent le tournis. Au quatrième trimestre de l’année dernière, 2478 enfants ont été pris en charge, dont 1074 ayant subi des sévices corporels, 977 sont victimes d’exploitation économique et 427 de viol parmi lesquels 98 garçons.

Les conséquences irréversibles sur le corps social

Les conflits, les crises, les urgences touchent les enfants de différentes manières. Fragilisé et impuissant face à la douleur, le bout de choux entre dans une spirale infernale qui le détruit. Les conséquences de toutes ces scènes de violences sont déjà perceptibles dans la société. La recrudescence du nombre d’inadaptés sociaux en est la preuve. La quantité des enfants délaissés ou vivant dans la rue ne cesse de croître.

Le mal est très profond d’où  l’appel du chef de l’État à l’endroit des parents, hommes de religion, enseignants, de revoir l’éducation qu’ils dispensent aux enfants pour stopper la saignée aiguë de ce phénomène aux multiples tentacules.

Thierry  EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.