Intégration Régionale : La Banque mondiale contribue à l’ouverture de l’Afrique

Intégration Régionale : La Banque mondiale contribue à l’ouverture de l’Afrique

Le groupe bancaire de Breton Wood adopte un financement de plus de 10286 milliards de FCFA dans le cadre du processus d’insertion des 54 pays africains.

19 milliards de dollars soit plus de 10286 milliards de FCFA, avec une augmentation de près de 434 milliards de FCFA soit 08 milliards de dollars prévus dans les trois prochaines années, c’est l’objectif que se donne l’institution financière conduite par David Malpass, le patron de la Banque mondiale afin de faire advenir en Afrique une véritable Zone de libre Echange Continentale. Une ambition réitérer dans le communiqué publié ce 15 juin 2021 par la cellule de la Communication du groupe et qui porte sur la Stratégie pour l’intégration régionale et la coopération (2021-2023).

Un soutien clair de l’organisation Internationale qui vient ainsi se positionner comme un acteur fondamental dans l’accompagnement de l’Afrique dans la mise sur pied de la ZLECAf. Une approche qui vise à consolider et surtout renforcer l’intégration régionale en Afrique, mieux accompagner le continent dans sa reprise post-COVID et l’aider à se transformer économiquement dans les années à venir. « La révision de l’approche du Groupe de la Banque mondiale en matière d’intégration régionale intervient à un moment crucial, alors que la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAf) est entrée dans sa phase opérationnelle, avec l’objectif de stimuler le commerce intra-africain, soutenir la facilitation des échanges et faire vivre un marché potentiel de 1,2 milliard d’habitants, Ses axes clés sont bien alignés sur nos priorités pour l’intégration du continent et pertinents pour favoriser la reprise de nos économies après la pandémie de COVID-19. »  Souligne Moussa Faki Mahamat, président de la Commission de l’Union africaine.

Un investissement important de la Banque mondiale qui vient ainsi à point nommé en cette période de crise sanitaire mais plus encore en cette période où la cinquantaine d’Etats africains se déploie depuis le début de l’année 2021 et ceci jusqu’à 2023 dans l’optique d’asseoir un véritable marché commun. Une des étapes cruciales dans la consolidation complète de la ZLECAf. Selon Sergio Pimenta, vice-président de la Société financière internationale (IFC) pour le Moyen-Orient et l’Afrique : « L’intégration régionale peut être synonyme de nouveaux marchés pour les entreprises africaines, ce qui est particulièrement bienvenu en période de choc économique, lorsque les entreprises ont besoin d’investir de nouveaux territoires pour soutenir et développer leurs activités. »

 Ainsi rassure l’ingénieur Polytechnicien portugais : « En collaboration avec la Banque mondiale et l’Agence multilatérale de garantie des investissements (MIGA), l’IFC s’emploiera à consolider des champions régionaux, promouvoir le commerce, déployer les infrastructures nécessaires pour améliorer les activités commerciales et travailler avec ses partenaires pour accroître la résilience des marchés les plus fragiles. Ces mesures seront importantes pour permettre aux populations de travailler, commercer et être reliées à l’intérieur et au-delà des frontières nationales. » 

Une contribution essentielle des partenaires au développement pour appuyer les différentes Communautés Economiques Régionales d’Afrique afin de couvrir un marché de plus 1,2 milliard de personnes et un produit intérieur brut (PIB) de 2500 milliards de dollars, dans les 54 États membres de l’Union africaine. La ZLECAf, se présente comme la plus grande zone de libre-échange au monde depuis la création de l’Organisation mondiale du commerce. La population de l’Afrique devrait atteindre 2,5 milliards de personnes d’ici 2050, et représentera alors 26 % de la population mondiale en âge de travailler, une opportunité que ne saurait se départir la Banque mondiale.

Brice Ngolzok

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.