Banque Mondiale : Une stratégie pour l'intégration régionale et la coopération en Afrique

Banque Mondiale : Une stratégie pour l'intégration régionale et la coopération en Afrique

Le Groupe de la banque mondiale, intensifie son action, pour renforcer l’intégration régionale sur le continent africain.

Accompagner le continent africain dans sa reprise post- Covid-19, constitue l’un des objectifs de la banque mondiale. Pour se faire, elle compte l’aider à refaire son économie dans les années à venir. Réuni à Washington le 11 juin 2021, la banque mondiale s’est intéressée à la stratégie pour l’intégration régionale et la coopération. Ce, sur une période allant de 2021 à 2023. Les travaux étaient intitulés :  » soutenir la reprise et la transformation économique de l’Afrique »

 Secteurs d’activités à améliorer

La BM compte accompagner l’Afrique, dans l’amélioration de certains domaines. Il s’agit du transport, de l’énergie et l’infrastructure numérique. Ceci dans l’optique de permettre la facilitation des échanges sur le continent. Il est convenable de penser que, la stratégie vise la promotion du commerce et l’intégration des marchés. Tout ceci, par la facilitation des échanges dans les couloirs économiques sous régionaux.

De plus, il sera mis en prime une assistance technique dans le déploiement de la zone de libre-échange continentale africaine (ZLECAF). Ainsi que, le soutien des chaînes de valeur régionales et l’intégration des marchés financiers.

Le capital humain constitue une plus-value

La BM compte mettre l’accent sur le capital humain. Il sera question de de veiller au renforcement de la surveillance des pandémies et maladies. Par ailleurs, le développement de l’autonomisation des femmes est un point à prendre en compte. Cependant, les statistiques devront être améliorées. Il faudra compter sur la promotion des systèmes d’identification numérique au service du développement.

Un dernier axe à mettre en œuvre devra porter sur la résilience et la nécessité d’agir pour lutter contre l’insécurité alimentaire. Il sera question pour la BM, de résoudre les enjeux liés à l’agropastoralisme. Elle compte établir un bouclier contre les menaces transnationales. Il s’agit ici des dérèglements du climat et des invasions des ravageurs. La BM annonce, des partenariats pour répondre aux besoins des populations déplacées dans les zones frontières.

La gestion des eaux transfrontalières, sera soutenue par la BM. Cette institution présente une version, qui s’aligne sur la stratégie de la banque en matière de fragilité, de conflits et violence. Elle insiste en effet, sur les problèmes qui touchent plusieurs espaces fragiles. Lesquels sont : la corne de l’Afrique, le sahel, la région du lac Tchad et celle des grands lacs. « La vision de l’approche Groupe Banque mondiale en matière de d’intégration régionale, intervient à un moment crucial…avec l’objectif de stimuler le commerce intra-africain… faire vivre un marché potentiel de 1,2milliards d’habitants », a souligné Moussa Faki Mahamat, président de la commission de l’Union Africaine.

DONALD ARMEL OMOLOBIN

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.