Gouvernance : Du sang neuf a l’imprimerie nationale

OYONO Bika Pierre Nolasque est le nouvel homme fort de cette entreprise nationale.

C’est le  décret signé ce 19 juin 2023 qui fait de Pierre Nolastrotolo carta pacchi amazon sac de sport 2 compartiments Switzerland سعر ماكينة غسيل السجاد المنزلية الكويت air jordan 4 damen top grün ronnie fieg adidas fyw s 97 zara paitatakki Finland crocs sneakers womens μπλουζεσ με ενα ωμο τοι μοι zelt im winter heizen agyváltós fitness kerékpár kappa sweater purple ted baker geldbörse lack lisa ann doggy style front nike air max 95 Bika Oyono le nouveau Directeur de l’Imprimerie nationale du Cameroun. Ce dernier remplace feue  Walter Paul Komo dont la tête était mise à prix par son personnel

Le regretté Walter Paul Komo indiquait que l’imprimerie n’arrive pas à verser les cotisations sociales des 324 employés. La dette vis-à-vis de la CNPS avait déjà atteint 1,9 milliard FCFA. Selon le DG limogé  les tensions de trésorerie de l’entreprise sont dues, entre autres, au faible taux de recouvrement des créances. Il avait  même ajouté que l’Imprimerie nationale n’arrive pas à honorer ses commandes, car le magasin de papiers est constamment vide, le parc des machines à petit format est passé de dix à quatre, certaines machines ont plus de trente ans d’âge. A contrario, les commandes explosent et ont atteint un chiffre de 7 milliards FCFA en 2018. Mais, l’entreprise n’a pu honorer ses commandes qu’à hauteur de 3 milliards FCFA.

L’Imprimerie nationale, entreprise publique créée en 1920 bat de l’aile depuis plusieurs années. A cela s’est ajoute les grèves a répétitions du personnel.    Le Syndicat des industries polygraphiques du livre et assimilés du Mfoundi (Siplam) saisissait, le 29 décembre 2022, le président de la République pour annoncer un mouvement de grève et demander le limogeage du DG de l’Imprimerie nationale (IN), entreprise à capitaux publics. Le motif de cette grogne était libelle dans la correspondance.

« Le Siplcam et le Groupe de travailleur (Mincom-Minfi-IN-Siplam) entendent observer un arrêt de travail qui débutera le 5 janvier 2023 dès 6 heures, jusqu’à l’obtention de la résolution des griefs relevés par les travailleurs de cette entreprise d’État qui se résument en une doléance unique : placer un manager compétent à la tête de l’IN en remplacement de monsieur Komo Walter Paul, son directeur actuel rejeté par son personnel »

Six mois après Paul BIYA les répond en nommant un nouveau directeur général

T.E

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.