Politique : Les balbutiements du parlement autour de la double nationalité

Politique : Les balbutiements du parlement autour de la double nationalité

La mise sur pied du réseau des parlementaires de la diaspora coopération décentralisé transfrontalière (REP-COD) fait lentement évoluer cette problématique.

Le 17 Juillet 2021, Henry Louis NGANTCHA président du RED-COD convoque la presse à l’hôtel des députés pour s’insurger contre les manifestations organisées à Genève contre Paul BIYA. Durant cette rencontre, il dira ‘’ Nous nous battons pour résoudre la question de la double nationalité, seulement les compatriotes de l’extérieur doivent nous aider dans ce travail en posant des actions dignes qui valorisent le pays. ‘’ Depuis cette sortie qui intervenais près 40 jours après la clôture de la session parlementaire du mois de Juin 2021, rien ne filtre. La récente polémique sur cette question orchestrée par les élections à la fédération camerounaise de football n’a enregistré aucun mot du parlement. De quoi a peur la représentation nationale ? Le RED-COD semble se muer dans un silence complice autour de cette question.

Le parlement pris au piège de l’exécutif

Au Cameroun, la séparation des pouvoirs est établie. Députés et sénateurs votent les lois qui sont promulguées par l’exécutif. Ils contrôlent aussi l’action du gouvernement. La double nationalité semble être un sujet sensible qui échappe au commun des camerounais.

Chargé de renouer le contact avec les camerounais de la diaspora, le RED-COD se retrouve impuisssant face aux revendications sans cesse croissantes de ces enfants de l’étranger. L’espoir suscité par cette association auprès du public est entrain de s’évanouir.

Quelques actions du RED-COD

Un an et sept mois après sa création sous l’impulsion du très honorable Cavaye Yeguie DJIBRIL, le RED-COD poursuit sa dynamique.  » Notre réseau n’est pas politisé, ici on parle stratégie de développement et opportunités « 
précise le sénateur Andrew OTTE MOFA . Des plaidoyers sont initiés avec à la clef des séances plénières spéciales à la direction de la diaspora. Une fois terminée, des recommandations sont adressées à qui de droit. L’un des rejets que certains posent, c’est l’absence d’un projet de loi depuis le début de la 10ieme législature qui modifie et complète le texte de loi de 1968 relatif à la double nationalité.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.