RDC : Le pays est à l'assaut du poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU

RDC : Le pays est à l'assaut du poste de membre non permanent du Conseil de sécurité de l’ONU

Profitant de sa présidence tournante de l’UA, la RDC va maladroitement introduire sa candidature.

Au regard des enjeux de l’heure, le gouvernement de la République a su tenter d’émettre sa candidature à l’ONU mais, chose qui n’est pas surprenant et qui est accepté difficilement par certains pays Africains et le reste du monde diplomatique en désaccord naturel avec la RDC.

 La pomme de discorde

Selon les normes édictées par le conseil de sécurité des nations unies pour le compte d’Afrique, le siège de membre non permanent réservé à l’Afrique au sein du Conseil de sécurité de l’ONU pour l’exercice 2022-2023 devait en réalité revenir à la République du Gabon.

Après le Niger qui a occupé ces deux dernières années et qui doit revenir au Kenya pour l’exercice 2021-2022, un second se libèrera l’an prochain. D’où intérêt que cela suscite.

 En réalité et selon la diplomatie des nations unies et de l’UA

Pour la candidature de l’exercice 2022-2023, c’est le Gabon qui s’était déclaré le 14 décembre 2020 auprès du Département des affaires politiques de l’UA, qui a en charge le processus de sélection.

Après clôture des candidatures le 30 décembre dernier, nous avons remarqué que le Gabon était le seul pays candidat à ce poste vu que aucun autre pays n’a déposé son dossier.

 Qu’en est-il de la candidature surprise de la RDC ?

Avec l’avènement de la présidence de l’UA par la RD Congo, le nouveau président de le RDC M. Félix Antoine Tshisekedi a alors passé outre l’ancienne candidature même lorsque les textes de l’UA sont très clairs.

 Regret au sein de l’UA

Selon certaines observations, cette attitude n’a pas tardé de susciter de contestation au sein des pays membres de l’UA taxant le président Félix Antoine Tshisekedi de profiteur qui ne respecte même pas les lois et règles propres à l’UA.

 Pour les Congolais de la RDC

Les manœuvres diplomatiques de l’actuel président de la république pourraient aider la RDC à faire entendre raisonnablement la voix de l’Afrique en général et celle de la République Démocratique du Congo en particulier afin de faire changer la vision de l’Europe à l’Est de la RDC qui a déjà compté le premier nombre des morts depuis la fin de la deuxième guerre mondiale. Malheureusement, c’est l’Europe et principalement la France et l’Allemagne qui bloquent très souvent la qualification de « GÉNOCIDES RWANDAIS EN RDC ».

 Une opportunité à la candidature de la RDC

Avec la mort de l’ambassadeur de l’Italie en RDC par les probables militaires Rwandais qui contrôlent cette zone de trois triangles, la responsabilité de la RDC sur cette mort pourrait se transformer en une chance lorsque la RD Congo voudra faire voir la réalité imposée par le Rwanda et l’Ouganda dans la sous-région.

Et l’affaire pourrait être bénéfique à la candidature de la RDC et si et seulement si que l’Italie s’y attelait et devenait Premier partenaire militaires de la RDC.

 Nos considérations diplomatiques

L’Afrique ne doit pas se faire la guerre, les pays Africains ne doivent pas se faire la guerre économique. Mais comme dans les relations internationales, la guerre est une continuation de la politique. Et donc, chaque pays Africain devra prendre ses responsabilités en mains.

Aucun autre pays ne donnera la paix à un autre.

Félix Mwanza

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.