Société : Le cri de paix des femmes du Logone et Chari

Société : Le cri de paix des femmes du Logone et Chari

Un dialogue relatif à cette problématique a été organisé le 2 août 2021 à la résidence du député RDPC de ce département, l’honorable Mariam Goni.

La paix, c’est bien le maitre mot au centre du dîner d’échange organisé le 2 août 2021 à la résidence du député RDPC de ce département du septentrion, l’honorable Mariam Goni. Les femmes du département du Logone et Chari, dans la région de l’Extrême-Nord du Cameroun, ont recommandé le dialogue comme moyen de parvenir à la paix dans le pays. Une rencontre tenue un jour après la Convention nationale des femmes pour la paix au Cameroun porté par la Fondation Friedrich Ebert. La trentaine de femmes qui a participé à la conférence de paix appellent le gouvernement à s’assurer que cet idéal règne à nouveau au Cameroun. Pour elles, ce n’est que par le dialogue et non par les armes que le pays pourra faire face aux crises.

 « Pour que la paix règne, affirme Djene Abouya, conseillère régionale de l’Extrême-Nord, il faut un dialogue. Il ne peut y avoir de paix sans dialogue. Car le dialogue est le catalyseur de la paix et non les armes ».  Selon l’élue de la région, toutes les voix doivent se joindre à cette symphonie pour la mise en œuvre des recommandations formulées lors de la convention. Les femmes, a-t-elle déclaré, feront tout leur possible pour faire pression pour que la paix revienne dans le pays. Les femmes sont des mères de l’humanité qui peuvent travailler davantage pour que la paix règne dans le pays. A-t-elle ajoutée.

Au cours du dîner d’échange pour réfléchir aux recommandations de la convention, elle a regretté le fait que les femmes de sa circonscription administrative en particulier et de la région dans son ensemble ne sont pas financièrement viables pour le développement économique. L’augmentation du taux d’abandon scolaire chez les jeunes filles qui disparaissent de la scène académique après la troisième année d’études pour des raisons de mariage entrave fortement le développement, car sans éducation, il est difficile de parvenir à un développement durable. Elle encourage de ce fait l’éducation des jeunes filles dans sa région.

 Brice Ngolzoka

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.