Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Une résolution forte pour le Mali

Sommet extraordinaire de la CEDEAO : Une résolution forte pour le Mali

Selon le ministre des Affaires étrangères et de la Coopération du Burkina Faso, Alpha Barry, qui a animé un point de presse à l’issue du sommet, les chefs d’État ont décidé de l’envoi d’une mission urgente au Mali.

Cette mission composée de l’ancien président nigérian Goodluck Jonathan, médiateur de la crise malienne, et du ministre nigérien des Affaires étrangères, président du Conseil des ministres de la CEDEAO devra travailler à obtenir la libération sans condition du président Ibrahim Boubacar Keïta et le retour immédiat à l’ordre constitutionnel.
Ces médiateurs vont aussi « évaluer la situation afin de rendre compte aux chefs d’État qui se réuniront dans une semaine », a précisé le ministre Barry.

La Conférence des chefs d’État a en outre décidé du maintien des sanctions que sont la fermeture des frontières des pays membres avec le Mali et le blocus économique « à l’exception de l’importation de certains produits, notamment l’électricité, le carburant, et les denrées de première nécessité pour des raisons humanitaires », a expliqué le chef de la diplomatie burkinabè.

Par ailleurs, le sommet a insisté sur la nécessité de résoudre rapidement cette crise au regard de la situation sécuritaire déjà fragile au Mali et de son impact sur la région.


« Depuis l’annonce des évènements récents à Bamako, le président du Faso est resté en contact avec ses pairs et avec certains partenaires étrangers, africains, internationaux, en vue de rechercher une solution. La position que nous affichons aujourd’hui est celle de la CEDEAO », a rappelé le ministre Barry.

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.