Assemblée National : L’apatridie s’installe progressivement au Cameroun

Le sujet était au  cœur de la séance d’information et d’échanges avec le haut-commissariat des nations unies aux réfugiés et les députés.

Assemblée National : L’apatridie s’installe progressivement au Cameroun

La commission des lois constitutionnelles, des droits de l’homme et des libertés, de la justice, de la législation et du règlement, de l’administration(REPRODHOCY) a fait venir le représentant du Haut-commissariat des réfugiés pour être édifié sur leur travail de terrain.  Décimés par près de cinq ans de crise sociopolitique dans la zone anglophone, de nombreux camerounais sont devenus « DÉPLACÉS INTERNES ». La précarité et la promiscuité dans laquelle vivent ces personnes inquiètent les députés. D’où l’interpellation du HCR. César TSILOMBO, le représentant adjoint  de cette agence onusienne affirme que la situation du réfugié au Cameroun est encourageante, car la générosité et accueil du peuple camerounais et l’expression de sa solidarité vis-à-vis des personnes fuyant la persécution, la guerre et l’insécurité générale est impressionnante. Seulement cette population commence à être exposée  aux risques d’apatridie. Ceci affecte principalement les personnes dans les zones frontalières et dont la nationalité n’est pas déterminée, les couches des populations éloignées des centres d’état civil, les personnes en situation de déplacement et aussi celles dont le mode de vie est nomade.

L’état des lieux des déplacés internes

Le mardi, 07 Décembre 2021 la représentation nationale s’est penchée sur cette question épineuse. Le REPRODHOCY a ouvert le débat. La séance de travail avait pour but de recueillir auprès des agences des nations unis des données nécessaires pour mieux adresser cette question. Selon le HCR beaucoup de déplacés internes sont victimes d’apatridie. Ils sont pour la plupart sans document d’identité, ne peuvent ni poursuivre leurs études, ni poser des actes qui semble évident pour tout citoyen. Acheter une carte SIM pour son téléphone est impossible. Travailler, ouvrir un compte bancaire, voyager ou même se marier devient difficile pour eux. L’urgence d’améliorer leur condition de vie n’est plus à démontrer .

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.