Cameroun : Les enseignants aboient et Fame Ndongo passe.

Cameroun : Les enseignants aboient et Fame Ndongo passe.

Le ministre de l’enseignement supérieur ignore complètement la revendication du syndicat national des enseignants du supérieur (Synes).

Il a fallu attendre soixante douze heures pour le avoir la réponse du gouvernement face au mot d’ordre de grève lancé par le SYNES qui  revendique la quatrième tranche de la prime de modernité de la recherche universitaire à laquelle s’ajoute les conditions intenables de l’exercice de leur métier. Une réponse contenue dans la note d’information 00017/MINESUP/CAB sur le climat social dans les universités d’état signé le 27 janvier 2021 par le ministre d’y qui précise que<<En ce qui concerne le 4ieme trimestre,les paiements ont commencé le vendredi 22 janvier 202(billetage) puis le lundi 25 janvier 2021(virement bancaire)>>. Si Jacques Fame Ndongo est dans son rôle régalien,il n’en demeure pas moins que le climat qui règne dans nos campus est délétère,OKALA EBODE,phd TNA et membre du MRC va plus loin en affirmant qu’il est conflictoge car <<C’est une ambiance de crise sécuritaire avec les assassinats des étudiants, crise sociale avec des grèves du personnel d’appuis,  exemples pris du mouvement d’humeur des agents de police campus à l’université de Yaoundé 2, les enseignants qui réclament le paiement des prestations académiques au sein des universités d’état ainsi que celui de l’allocation trimestrielle pour la modernisation de la recherche>>.

Connu par tous comme le temple du savoir par excellence,l’Université est devenu un   terrain fertile de réclamations, ce qui traduit le malaise d’une société qui a du mal à considérer l’enseignement comme une priorité au regard des enveloppes budgétaires alloués aux secteurs de l’éducation.

Fridolen NKE,mandataire du secrétaire général du syndicat national des enseignants du supérieur affirmait à la rédaction de Focus Média, vendredi 29 janvier 2021 que le mot d’ordre de grève lancé le 25 janvier est maintenu. En attendant de voir s’il sera suivi comme ce fut le cas la semaine dernière, cette sortie qui permet de s’interroger sur la portée réelle de cette organisation qui excelle uniquement dans la revendication de la fameuse allocation à la modernité de la recherche universitaire au détriment des sujets importants tels que l’amélioration et du développement de l’universalité Camerounaise, une attitude qui desole OKALA EBODE ayant néanmoins bénéficier du soutien moral de cette organisation pour la soutenance de sa thèse.

De plus,on a l’impression que l’État et SYNES sont les metteurs en scène d’une pièce de théâtre dont la fin semble être connue d’avance ; sinon, comment comprendre cette sortie de WOUNGEN Jeannette, Secrétaire de la communication du SYNES <<même après ces revendications,il y en a qui sont payés tout de suite, et d’autres six mois après,car c’est pas la première fois. Le bureau exécutif du SYNES a plusieurs fois écrit au MINESUP pour rappeler le paiement de cette prime>> Précisons les montants en nous appuyant sur la note de FAME NDONGO : Professeur titulaire: 1060000 frs cfa.

Maître de conférences: 860000 frs cfa.

Chargé de cours :680000 frs cfa.

De quoi avoir des ailles pour une cessation d’activité temporaire au grand mépris des pauvres étudiants qui n’attendent qu’à être formé.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.