Cameroun : Les notions de Droits de l’homme préoccupent les députés

Cameroun :  Les notions de Droits de l’homme préoccupent les députés

Une séance de renforcement des capacités des membres de la commission des lois constitutionnelles s’est tenue à Yaoundé.

En marge des travaux de la session parlementaire ordinaire de Juin 2021, les élus de la nation se forment et s’informent.  Le 22 Juin 2021, sous la supervision du secrétariat général de l’assemblée nationale, la commission des Droits de l’Homme du Cameroun a échangé avec les parlementaires.  L’honorable Zondol Hersesse président de la commission des lois constitutionnelles, des Droits de l’Homme et libertés, de la justice, du règlement de l’administration est très heureux. Pour lui  » Il était important que la chambre basse rencontre cette institution qui a récemment changer de statut. Cette assisse nous a permis d’être au même niveau d’informations d’une part et mieux cerner le rôle plus ou moins troublant des autres entités qui gravitent autour de la question. »

L’année 2020 de cette commission passé au scanner

La Commission des Droits de l’Homme est une institution indépendante de consultation, d’observations, d’évaluation, de dialogue, de conciliation et de concertation en matière de droits de l’homme. Faisant office de mécanisme national de prévention de la torture, elle mène un ensemble d’activités sur le terrain.

Pour le compte de l’année 2020, les actions enregistrées sont :

• 927 requêtes reçues dont 566 traitées ;

• 1010 correspondances adressées ;

• 547 organisations de la société civile (OSC) affiliées à la commission nationale des Droits de l’Homme du Cameroun (CNDHL) ;

• 57 activités organisées avec les OSC avec CNDHL ;

• 13 communiqués et 07 déclaration publiée ;

• 06 descentes d’investigation dans les prisons du Cameroun ;

• 05 activités de sensibilisation aux Droits de l’homme organisées avec le Minproff, Mintss, Minjeun ,Mincom, Minpostel, Sed, Consupe, Mintp  et les services du gouverneur de la région du Centre.

• 01 observatoire des libertés publiques, rassemblant 241 OSC, a été créé au Cameroun

Relations entre le parlement et la commission des Droits de l’Homme du Cameroun.

Le développement durable d’un pays est étroitement lié au strict respect des Droits de l’homme. C’est la raison pour laquelle en 2019 une loi a été votée pour transformer la Commission Nationale des droits de l’homme et de liberté en commission des droits de l’homme du Cameroun.   L’accès à l’éducation, au logement décent, une couverture santé, une justice équitable ne peuvent être améliorés s’il n’y a pas une bonne collaboration entre Assemblée nationale et la CNDHL.

Deux ans après sa mutation très peu de choses ont été faites pour assurer l’indépendance et l’impartialité de cet organe vis à vis du pouvoir législatif. Les révélations de la presse locale après le décès de son ancien président ont jetté un doute sur les missions réelles de cette organisation qui reçoit ses financements de l’État. A la suite des travaux avec les parlementaires James MOUANGUE KOBILA déclare : » Le rapport annuel de la CDHC sur l’état des Droits de l’homme conformément au principe N°14 doit être présenté aux députés en séance plénière à l’assemblée nationale, car le parlement est l’un des principaux destinataires de ce travail ».

Précisons que la journée de travail entre les membres de la CDHC et le parlement participe à la promotion, la protection des Droits de l’homme et des peuples prôné par les 44 principes de Belgrade.

Thierry  EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.