Culture : L’art culinaire de l’Est en vedette à Yaoundé

Le Festival international du Mbôl tenue du 04 au 06 Août à Yaoundé a présenté les spécificités de la cuisine de la région du Soleil levant.

Mbôl

L’esplanade du musée national s’est vue décoré de parures en provenance de L’Est Cameroun. Exposant et visiteurs ont été servi durant les trois jours qu’ont duré cette kermesse culinaire. La thématique : savoir-faire culinaire et économie locale plantait déjà le décor de ce moment de partage et de communion autour du riche patrimoine de ce peuple de la foret.

Controverses inutiles sur le choix du site du festival

Le festival du Mbôl, bien que déployé en grandeur nature à Yaoundé aménage depuis sa première édition des points de dégustation dans d’autres villes du pays et même de la diaspora. A cette date, le festival du Mbôl a des points focaux responsables des rencontres gastronomiques à Bertoua, Maroua, Ngaoundéré, Doumé, Nguelemendouka, Anguéngué, Douala, Kribi, Bafoussam, Sangmélima, Foumban, Paris, Marseille, Dresde. « Vous savez mieux que moi qu’un patrimoine culinaire ne saurait être l’apanage de ses propres populations. Si nous devons construire un label autour de notre patrimoine culinaire, il est impérieux de le promouvoir partout.» Nous a confié Rolande AGONG. Le Mbôl et les autres saveurs de la Région de l’Est animent bien les palais de ses filles et ses fils. Pourquoi ne pas partager avec les autres ? Connu pour la diversité et la richesse de sa cuisine ; le Cameroun peut compter sur le tourisme culinaire pour l’atteinte de son émergence à l’horizon 2035.

Le Festival international du Mbôl

Les changements observés à la deuxième édition

Apres le succès de la première édition sous le patronage du ministère du tourisme ; le festival est passé d’une seule journée à trois. Le choix du comité d’organisation de déplacer le village du festival de la chambre d’agriculture pour le musée national est symbolique. De plus cette année les visiteurs ont eu droit à la fois aux jeux de société et aux jeux patrimoniaux. Des séquences de soir au village ont tenu en haleine les seigneurs de la nuit .A la question de savoir si ce festival veut jouer le rôle de transmission des savoirs culinaires ? La présidente du comité d’organisation répond : « Nos populations se transforment par le quotidien du monde industriel. Notre festival cherche à resserrer les liens à tous les niveaux où cela peut encore être possible. Les peuples qui mangent ensemble se partagent sans doute d’autres valeurs comme l’unité, l’amour et l’espérance. Nous nous engouffrons quelque peu. Le festival cherche donc à fédérer toutes les générations. Il offre bien sûr l’opportunité à la jeune génération de voir « glisser » quelques secrets de cette cuisine de certains mets, à l’exemple du Mbôl, qui vont souvent jusqu’à revêtir une dimension mystico-spirituelle. »

T.E

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.