Le Nigeria s'apprête à reconquérir Bakassi par les armes.

Le Nigeria s'apprête à reconquérir Bakassi par les armes.

C’est la teneur d’un message porté de la direction de la surveillance du territoire du Cameroun. Cette localité rétrocédée au Cameroun à la faveur des accords de Greentree le 12 juin 2006, fait de nouveau l’objet de convoitise par la partie nigériane.

Le conflit frontalier entre le Cameroun et le Nigeria au sujet de la péninsule de Bakassi semble éternel. Un différend qui a conduit à des affrontements armés au cours des années qui ont précédé la signature des accords de Greentree. Le 10 octobre 2002, la cour internationale de justice saisie du dossier va trancher en faveur du Cameroun. Mais il faut attendre le 12 juin 2006 et la signature des accords de Greentree entre Paul Biya, président de la République du Cameroun et Olusegun Obasanjo du Nigeria pour définir un cadre autour du retrait du Nigeria de la péninsule. Sous la pression de la communauté internationale déterminée à obliger le Nigéria à respecter la décision de la cour internationale, le pays d’Obasanjo va se soumettre.

En juillet 2022, un affrontement entre les rebelles séparatistes Biafra et l’armée camerounaise a causé la mort de 5 éléments du Bataillon d’intervention Rapide ( BIR ). Désormais, des menaces sérieuses de projections d’attaques par les militaires nigérians en vue de la reconquête de la péninsule pèsent sur le Cameroun. Les localités ciblées sont celles de Kombo Abedimo, Kombo Etindi, Ediabato. Lors de la première semaine de janvier, des affrontements entre les deux armées régulières ont eu lieu. Selon le journal Jeune Afrique, le président national du MRC Maurice Kamto a interpellé l’État du Cameroun sur ces menaces réelles le 21 décembre à travers un courrier qu’il est allé déposer lui-même au palais présidentiel à Etoudi. Acteur majeur de la procédure judiciaire qui a abouti à la signature des accords de Greentree, Maurice Kamto a travaillé auprès de plusieurs collaborateurs pour la rétrocession de cette presqu’île.

Avec les différents fronts sur lesquels le Cameroun est engagé aussi bien dans la partie septentrionale que dans les régions du NOSO, la recrudescence des affrontements à Bakassi pourrait être à l’origine d’un fort redéploiement de l’armée camerounaise dans cette localité.

Kevin Fotso

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.