Culture : La littérature africaine portée sur les fonts baptismaux

Le Salon du livre Afro féminin qui se tient dans dix jours à la Grange Dimière théâtrale à Fresnes (94) en est une parfaite illustration.

Pour la plupart inconnues du grand public les écrivaines afrodescendantes participent à leur manière à la conscientisation des masses par les thématiques qu’elles abordent. C’est pour faire entendre leurs voix que l’association chroniques d’Afropolitanie organise le 1er Salon du livre consacré à la littérature afro féminine de divertissement le 28 Mai 2022. Pour Ginette NGEULEU , la présidente de l’association il est plus que urgent d’apporter sa pierre à l’édifice et cela passe par une sensibilisation de masse « Notre cible est certes les personnes d’origines africaine et caribéenne parce que nous pensons que c’est important qu’on ait tous conscience de ce patrimoine culturel, de ses influences multiples et de sa richesse mais nous souhaitons aussi que lire un auteur africain ou antillais devienne un acte banal. Que spontanément quand on demande de citer un auteur de policier, après Agatha Christie et Patricia Cornwell par exemple, on puisse arriver à un auteur africain ou antillais. Même chose si je prends la romance, le fantastique ou des auteurs jeunesse. Donc au final nous visons le public afro mais il est aussi une porte d’entrée vers les publics non afro et le public Français en général.. » Précisons qu’a 10 jours de l’événement l’entrée est gratuite mais qu’il faut réserver son billet sur le lien ci-contre :Réserver un billet

Arrêt sur quelques écrivaines

Une vingtaine d’écrivaines africaines ou issues de la diaspora sont conviées à ce salon qui sera particulier sur la place parisienne. Le contenu est dense puisqu’aux trois tables rondes de la journée, s’ajoutent une initiation à l’écriture et une session de jeu de société. L’idée pour ces animations étant de les faire courtes mais intéressantes et de donner envie d’en découvrir plus ! Arrêtons- nous sur cinq auteurs qui feront le déplacement :

Noucia Adams, multiculturelle de part ses origines comorienne, malgache et réunionnaise, est une amoureuse de l’art du récit. Elle est l’auteure du roman « La magie des rencontres qui sauvent ».

Aissata Sissoko, romancière et poétesse dont les écrits se veulent réalistes. Son premier roman « Ce qu’il nous reste », publié en 2020, autobiographie décrivant le parcours de ses parents de leur enfance au Mali à leur arrivée en France, lui permet d’interroger son identité franco-malienne. Son recueil de poésie « Electrons Libres » paraîtra le 20 mai ; Bedida-Lynn, originaire de la Martinique, a publié en 2017 le premier tome d’une saga fantasy jeunesse en autoédition, « Fille de la Terre ». En 2021, elle revient avec un recueil de nouvelles d’épouvante, « Survivre aux cauchemars », et un album pour enfants « Mamonstre »; afi Cristèle Dandjoa, auteure et graphiste réalisatrice, publie en auto-édition les deux premiers tomes de la série de contes illustrés « Mayi Sirena ». Leur succès lui permet d’en sortir un 3ème, « Mayi Sirena, la lutte de l’eau » paru chez Nofi Editions, tout comme son album jeunesse. « Les Chat’Pologs aiment la différence ». Sa passion des mots et des images est une arme pour nourrir l’imaginaire des enfants et les emmener à chercher la meilleure version d’eux-mêmes ;

Julie Jean-Baptiste, originaire des Antilles, est l’une des rares autrices de Science Fiction. Elle a publié 3 tomes de sa saga « Captive », thriller psychologique SF en 6 tomes, et le 4ème sera révélé en avant première et en exclusivité pendant le salon.

Comme vous pourrez le constater, il y en a autant pour les petits que pour les grands. N’hésitez donc pas à ramener vos bout’chous.


Pour réserver, le lien Réserver un billet est incontournable.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.