Lutte contre les faux médicaments : La répression s’enrichit d’une Agence Nationale du médicament

L’annonce a été faite le 2 novembre 2022, lors du point de presse par le Ministre de la Santé Publique.

Lutte contre les faux médicaments

Les prolongations de la célébration de la Journée africaine de lutte contre le faux médicament se poursuivent en ce mois de Novembre 2022. Commémorée le 12 octobre 2022, la déclaration de Manaouda Malachie s’inscrit en étroite ligne avec ce combat. Comme actions en vue pour tuer ce mal, il est annoncé à moyen terme, la mise en place d’une Agence Nationale du médicament au Cameroun. Mais dans l’immédiat, plusieurs initiatives ont été entreprises à l’instar de cette vaste campagne de sensibilisation/ répression, avec une concertation des Ministres impliqués dans la lutte sous le haut patronage du Premier Ministre, Chef du Gouvernement, pour mieux définir et comprendre les rôles de chaque administration.


Par ailleurs, une convention de collaboration avec l’Association des Communes et Villes Unies du Cameroun (CVUC) a été signée, pour la fermeture des boutiques et vente des médicaments et aussi, l’inscription dans le cahier de charges, des agents responsables de lutter contre l’occupation anarchique de la voie publique.


Soulignons également la relance du processus de signature et de ratification de la convention médicrime, qui met en exergue les aspects de crimes pharmaceutiques et les risques pour la santé, s’agissant de la contrefaçon.

Etat des lieux


Un faux médicament peut se définir comme tout produit dont l’acquisition n’a pas suivi la voie normale. Le médicament est un élément essentiel pour la santé des populations. Il constitue l’un des pôles les plus élevés des dépenses de santé des ménages (50% environ). L’Etat perdrait près de trente trois milliards deux cent millions de FCFA, soit 7,0% des dépenses en santé.
La mise à terme à l’anarchie sévissant dans ce secteur, permettra non seulement de protéger les populations, mais aussi d’aider l’Etat à engranger de gros bénéfices.

Les chantiers actuels

Face a la prolifération du médicament de la rue, le gouvernement a lance une vasque campagne de répression dans les marches et autres espaces publique. il convient de souligner que cette répression à venir n’occulte en rien toutes les actions déjà menées en faveur de la lutte contre le médicament de la rue. Il s’agit notamment de la fonctionnalité de la plateforme de coordination des structures de régulation pharmaceutique, avec comme corollaire une bonne régularisation du système d’approvisionnement en médicaments et consommables médicaux essentiels; la surveillance effective du marché pour éviter l’infiltration dans les structures du Système National d’Approvisionnement en Médicaments (SYNAME); le contrôle à l’importation qui a permis de détecter des conteneurs de produits pharmaceutiques non conformes; des saisies -destruction de plusieurs stocks(206 en 2021); ainsi que cent cinquante poursuites judiciaires pour la même année, avec une dizaine de personnes condamnées avec sursis de 30 jours à 2 ans de prison. Pour ne citer que celles-là.

T.E

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.