Parfait Siki; déjà deux mois à la prison de Kondengui.

Parfait Siki; déjà deux mois à la prison de Kondengui.

Le journaliste a été placé sous mandat de dépôt à la prison centrale de Kondengui dans la nuit du 2 au 3 novembre 2022 suite à une plainte de Samuel Eto’o, président de la FECAFOOOT. Il est accusé de  » détention frauduleuse de documents « . Parfait Siki continue de clamer son innocence.

Sous Seidou Mbombo Njoya, le prédécesseur de Samuel Eto’o à la Fédération Camerounaise de Football, Parfait Siki a été en charge du département communication avant d’être promu Secrétaire Général par intérim de l’instance faîtière du Football camerounais. C’est le poste qu’il occupait le 11 décembre 2021, jour de l’élection de Samuel Eto’o comme président de cette institution. C’est ce jour que ces problèmes auraient commencé. En effet, il est reproché à Parfait Siki de retenir par-devers lui le procès verbal de l’élection des vice-présidents de la FECAFOOOT qui aurait eu lieu le même jour d’après les plaignants. Guibaï Gatama, Directeur de publication de l’œil du Sahel et membre du Comité exécutif de la FECAFOOOT au moment des faits assure que cette fameuse élection n’en en réalité jamais eu lieu. Pour plusieurs journalistes réunis autour du mouvement  » Libérez Parfait Siki « , cette incarcération est plutôt liée à la volonté de réduire au silence celui qui quelques temps avant son interpellation avait vivement critiqué les méthodes de management de la nouvelle équipe dirigeante à la Fédération.

Avant son qu’il ne soit déferré à la prison de Kondengui, Parfait Siki a d’abord passé près d’une semaine en garde à vue à la police judiciaire de Yaoundé. Depuis qu’il est privé de liberté, des voix s’élèvent au sein de la presse Camerounaise pour dénoncer ce que d’aucuns qualifient  » d’abus de pouvoir  » .« Que fait Nicolas Parfait Siki à la prison de Kondengui depuis le 2 octobre 2022? Pourquoi son incarcération ne semble émouvoir personne dans notre pays? A part la Fédération des éditeurs de presse du Cameroun (Fedipresse) qui s’est officiellement opposée à la détention de l’un de ses membres, pourquoi les autres associations, la société civile et les grandes gueules politiques de notre pays ne font pas un matraquage médiatique pour demander sa libération? », s’interroge le journaliste Didier Ndengue.

En réponse à la mobilisation des journalistes au sujet du cas Parfait Siki, Samuel Eto’o a répondu à Rodrigue Ntongue en novembre dernier sur Canal 2 international. « Certains patrons de presse qui n’arrivent pas à payer les salaires des employés depuis 2ans osent me donner des leçons. Ils écrivent des grands titres. Mais monsieur arrêtez (…) Payez les salaires de vos employés. » A déclaré le président de la FECAFOOOT.

Kevin Fotso

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.