Culture : Le salon du livre afro féminin se dévoile au public

Culture : Le salon du livre afro féminin se dévoile au public

La première édition se tiendra le 28 Mai 2022 salon tournée uniquement à la Grange Dimière théâtrale à Fresnes (94). Pour mieux comprendre les enjeux autour de ce projet fort évocateur votre rédaction a rencontre Ginette Ngeuleu , la Présidente de l’association « Chroniques d’AFropolitanie » organisatrice de cet événement unique en son genre. Suivez plutôt.


FMA : Présentez-nous le salon du livre afro féminin ? ? Quelle est sa particularité ? ?

Ginette Ngeuleu : Le Salon du livre Afro féminin est le 1er salon du livre qui se veut à la fois représentatif de tous les genres narratifs dans la littérature afro et centré sur les auteurs femmes uniquement. C’est un salon qui est tiré par une association, l’association chroniques d’Afropolitanie. Association qui elle même a été montée par 4 femmes qu’on pourrait qualifier d’Afropéennes.

Notre ambition dès le départ étant de mettre en avant les littératures afro descendantes francophones et contemporaines il nous a semblé naturel pour notre 1er évènement de se centrer sur les femmes.

FMA : Au regard du programme à savoir un seul jour(28 Mai 2022) pendant 8h d’horloge seriez-vous a même de tenir toutes les activités programmées??? Comment s’est opéré le choix de chaque articulation de ce salon???

Ginette Ngeuleu : On espère en effet tenir le programme et l’organisation que nous mise en place doit nous permettre de le faire.En même temps, nous sommes un salon débutant, nous ne voulions pas prendre le risque d’un salon sur 2 jours et ne pas rencontrer notre public.

Avec un salon sur une journée, le risque est moins grand. En revanche cela nous a obligé à réduire drastiquement les activités que nous avions initialement imaginées. Par exemple nous sommes passés de 5 conférences au départ à 3 tout simplement parce que tout ne rentrait pas dans les cases.Nous avons inclus un atelier d’écriture et une session de jeu Wari Wari à la place. C’est plus court et ça donne envie d’en découvrir plus !

Quant aux choix des sujets, on s’est inspiré de ce que nous même en temps que lectrice nous aurions souhaité écouter et puis en discutant avec certaines autrices, nous avons pu affiner l’orientation des thèmes décidés. Quant aux animations c’est vraiment suite aux opportunités rencontrées et aux propositions qui nous ont été faites. Nous avons dû ensuite choisir selon les contraintes temporelles et de nombre de personnes qui s’imposaient à nous.

FMA :Parlez-nous de la genèse de ce projet?? Pourquoi la cible afro est-elle visée??


Ginette Ngeuleu : Nous sommes des femmes d’origine africaine, camerounaise pour être précis. Nous sommes de grandes lectrices. Mais comme beaucoup d’africains nos classiques se trouvent plutôt du côté de la littérature européenne et à de plus rares occasions américaines. Hormis les œuvres apprises à l’école, peu d’africains lisent des auteurs africains. Ne parlons même pas d’auteurs contemporains, ce qui veut dire des romans sortis dans les 10/ 15 dernières années. Cela a bien sur changé avec l’explosion d’une certaine littérature africaine anglophone aux États-Unis, notamment Chimamanda Ngozie Adichie, Yaa Gyazi et Imbolo Mbue mais où se trouve les francophones là-dedans ?


Notre cible est certes les personnes d’origine africaine et caribéennes parce que nous pensons que c’est important qu’on ait tous conscience de ce patrimoine culturel, de ses influences multiples et de sa richesse mais nous souhaitons aussi que lire un auteur africain devienne un acte banal. Que spontanément quand on demande de citer un auteur de policier, après Agatha Christie et Patricia Cornwell par exemple, on puisse arriver à un auteur africain. Même chose si je prends la romance, le fantastique ou des auteurs jeunesse. Donc au final nous visons le public afro mais il est aussi une porte d’entrée vers les publics non afro et plus spécifiquement pour nous le public Français en général.

FMA : La camerounaise Oswald L est tête d’affiche de cette première édition. Qu’est ce qui a motivé son choix???


Ginette Ngeuleu :Déjà simplement c’est l’écrivaine la plus connue de notre salon. Et j’aime l’idée que son 1er roman ait eu un prix et qu’elle a fait plein de choses avant. On va dire qu’au vu de son palmarès, recevoir un prix doit être un peu banal pour elle non ?Puis j’aime la poésie de son titre « les aquatiques ». Je ne pense pas que c’est à à ça qu’elle pensait mais la contradiction entre la douceur que m’évoque son titre et la violence de son sujet est déjà un contraste en soi.Quant à savoir pourquoi elle a accepté. Je ne sais pas vraiment. Je crois qu’elle a aimé l’idée d’un salon féminin. Tout simplement.

FMA : Quelle est la place de la littérature en générale et la lecture en particulier sur la place parisienne et en milieu Afro???


Ginette Ngeuleu :Le salon du livre africain de Paris qui a fait sa première édition en Septembre 2021 et n’a pas désempli pendant 3 jours. Cela traduit pour moi une vraie soif et un vrai manque côté des publics afro et dans une certaine mesure de la curiosité du côté de publics non afro. En résumé la place est encore petite mais y’a de l’espoir !

FMA. A l’issue de ce salon quelles sont vos attendes???


Ginette Ngeuleu : Déjà que le salon se passe bien !!!

Que les autrices et les visiteurs s’y sentent bien et aient envie qu’on remette ça l’année prochaine.

Ce sera ça notre victoire !

Propos recueillis par Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.