Sante : Halte au business dans le domaine de la santé.

Sante : Halte au business dans le domaine de la santé.

Manaouda Malachie et ses équipes ont centralisés tous les examens de certification, l’objectif étant d’avoir un personnel bien formé pour prendre soins des population.

L’opportunité du point de presse relatif au décret du chef de l’État sur la création et le fonctionnement de l’hôpital général de Garoua, le ministre a tenu à clarifier l’opinion sur la question de la formation. Laquelle se fait au Cameroun par l’État et les institutions privées dûment accrédités. Jean Jacques ZE est celui qui voulait avoir des clarifications sur ce segment névralgique. En posant sa question il fait référence au rumeurs des bruits de bottes en provenance des étudiants de ces institutions. En réponse à cette préoccupation d’une importante capitale, le ministre de la santé publique dira que c’est une qu’es d’incompréhension. << Les responsables des écoles n’ont pas très bien relayé message. Relatif aux examens de passage de certification et les modalités qui les entourent. L’autre chose qui faut dire c’est que cette décision n’est pas unilatérale au ministère mais c’est la conférence de direction des écoles réunie l’an dernier qui l’a arrêté>> Cette mesures est consécutive au fait que les produits sortis des écoles de formation posait quelques problèmes sur le terrain et jetais un discrédit sur la profession. Il devait impératif d’y remédier.

Quelques manquements notoires observés.

Manadoua Malachie est revenu sur le cas d’un monsieur anesthésiste ré-animateur formé qui a endormi un patient pendant trois jours. Les hôpitaux sont confrontés tous les jours des plaintes de cette nature voir plus. Il apparait évident qu’il s’agit d’un problème de formation à la base du personnel incriminé.<< Un tour dans les écoles de formation permet de constater il font de la course à la performance mais en réalité ils ont confondu de secteur, on ne fait pas le business pour le business avec la santé.>> Dira le patron de la santé.

La nécessité de la centralisation de l’examen de certification.

Aminé d’une mauvaise foi beaucoup écoles de formation distribuent les 19.75 à leurs apprenants sans raison. Une fois à l’examen de certification ils sont incapables d’avoir 05/20. La nouvelle méthode instituée par l’État permet de dissocier le bon grain de l’ivraie et exposé les fraudeurs.

Les séquences se feront désormais par région. La même épreuve sera servi à tout le monde au même moment ainsi ceux qui attendent << L’eau>>ne pourront plus l’avoir. En plus des séquences il faut un examen de passage qui compte pour 30% . La somme des deux( séquences et examens de passage) doit donner aux candidat une note de 12/20 nécessaire pour sa sortie synonyme de réussite. Dorénavant il faut travailler dur pour sortir d’une école. Cet harmonisation de la formation permettra d’avoir un personnel bien formé sur le terrain

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.