Addiction : La consommation des drogues explose au Cameroun

Addiction : La consommation des drogues explose au Cameroun

Le constat a été fait ce 08 juillet par le ministre de la Santé lors de son discours de clôture marquant la fin des activités de la journée Internationale de lutte contre ce fléau.

Les chiffres sont quasi alarmants car, le Cameroun enregistre environ 66000 décès causés par le tabagisme chaque année selon une récente enquête. Le pays qui était classé parmi les Etats de transit en la matière est désormais une aire de consommation abusive des substances psychotropes. Un constat amer relevé par Manaouda Malachie, le ministre camerounais de la Santé lors de son discours de fin des activités relatives à la célébration de la Journée Internationale contre l’abus et le trafic illicite de drogue au Cameroun. Une commémoration effectuée depuis le 26 juin 2021, date effective d’implantation de cette activité de sensibilisation, mais qu’a tenu à élargir le Comité National de Lutte contre la drogue au Cameroun afin de contribuer efficacement au combat contre cette gangrène.

Pour ce faire, un vaste calendrier marqué par des campagnes d’édification de masse, de mobilisation sociale à l’endroit des jeunes, des conférences éducatives dans les centres de soins d’accompagnement et de prévention en addictologie ainsi que des marches sportives ont eu lieu dans les 10 régions du Cameroun.

 Occasion pour le numéro 1 de ce département de revenir amplement lors de son propos liminaire de circonstance sur les statistiques autour des méfaits liés à ces fléaux. Ainsi, de la bouche du manager de Santé au Cameroun, c’est sensiblement 25% de camerounais qui ont déjà fait l’expérience d’une drogue dure. 10% de ces derniers sont des usagers réguliers, constitués à 60% de jeunes dont l’âge varie entre 20 et 25 ans.

 Une côte d’alerte en milieu jeune car, c’est une palette de drogues en circulation allant du Tabac aux substances psychotropes en passant par l’alcool et les médicaments contrefaits. Des stupéfiants à l’origine de multiples dépravations des mœurs du fer de lance de ce pays. Et comme principal drogue à la mode apparait en bonne place le Tramadol, plus connu sur le pseudonyme de Tramol dont les ravages au sein de la population sont de plus en plus visibles. « Ce produit affirme le ministre de la Santé, est recherché par les individus de tous les âges et de toutes les catégories sociales, pas seulement pour soulager un mal de dos, ni pour calmer des douleurs de rhumatisme, mais pour bien d’autres raisons. »

Par conséquent, il faut prendre le taureau par les cornes et agir efficacement contre l’abus et le trafic de drogues, ceci à la mesure de l’ampleur du problème que cette addiction soulève au quotidien dans la société camerounaise.

Brice Ngolzok

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.