Assemblée Nationale : Une session parlementaire sous haute tension

Assemblée Nationale : Une session parlementaire sous haute tension

Deuxième rendez-vous ordinaire, les élus du peuple ont du pain sur la planche en ces temps incertitudes.

La session de juin est la seule session dont l’agenda est inconnu. Car celle de Mars est généralement consacrée à l’élection des membres du bureau et celle de Novembre tourne essentiellement sur l’examen et l’adoption de la loi des finances de l’année suivante. Généralement pendant la seconde rencontre les députés sont suspendus aux lèvres du pouvoir exécutif pour la réception et études des projets de lois. Lesquels peuvent aussi émaner selon le règlement intérieur des députés eux même.

Les énormes enjeux de la session de Juin 2021 à l’Assemblée Nationale.

Les travaux qui s’ouvrent ce mardi à la chambre basse du parlement interviennent dans un contexte social très tendu. Les soupçons de détournement de fond covid-19 baptisé <<Covidgate >> où circulent à tort ou à la raison les noms de certains députés. A cela s’ajoute les décès en cascade qui ont frappé la famille parlementaire https://www.focusmediaafrique.com/cameroun-le-spectre-de-la-mort-plane-a-lassemblee-nationale/

Constitué au 2/3 des militants du RDPC, la fameuse affaire du mouvement des franckistes relative à la succession au sommet a fini par diviser la classe politique.  Les multiples scandales socio-politiques survenus ce semestre ont ébranlé la république et interpellé l’institution qu’est le parlement. Pour Alain Essomba, nos parlementaires sont face à leur destin. «Le pays va mal et eux ils sont là et ne font rien. « 

Quelques attentes des travaux de l’hémicycle du palais des congrès.

Entité essentielle du pouvoir législatif, l’Assemblée Nationale vote les lois. Dans leur mission de contrôle de l’action du gouvernement, les députés peuvent mettre sur pied des enquêtes parlementaires pour voir clair sur certaines questions. Eric boniface Tchouakeu, journaliste politique pense que c’est l’occasion idoine pour les élus de se pencher sur les fonds alloués à la pandémie à coronavirus ensuite ils peuvent légiférer pour prévenir d’autres scandales. Toujours dans le volet financier, l’augmentation du budget de l’État qui semble incompréhensible pour certains en période de crise sanitaire https://www.focusmediaafrique.com/loi-de-finances-une-modification-partielle-adoptee/ le peuple veut voir clair.

Le torchon risque brûler pendant les questions orales durant cette session. Les ministres et autres membres du gouvernement risquent avoir des sueurs froides si les questions de l’opposition ne sont pas censurées.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.