Cameroun : DJAILI AMAL désormais au programme scolaire secondaire

Cameroun :  DJAILI AMAL désormais au programme scolaire secondaire

Le roman MUNYAL, les larmes de la patience sera étudié en cours de littérature pour la classe de terminale durant l’année scolaire 2021/2022.

Les élèves du sous-système anglophone camerounais ont été les tous premiers à l’étudier.  Introduction de cette œuvre dans le système éducatif francophone a suscité une vive émotion de joie et d’enchantement. La chroniqueuse littéraire Monika NKODO nous donne les raisons : « <<Munyal, les larmes de la patience>> a reçu un plébiscite international de par sa thématique mettant en avant les droits des femmes et de la jeune fille. A cet effet, il se classe très bien dans les programmes scolaires car il met dès la base les enfants et les jeunes face aux responsabilités du respect des femmes, de l’importance de la scolarisation de la femme et de la jeune fille, mais aussi de la nécessité de combattre le mariage précoce. »

La littérature pour guérir l’école camerounaise

Le milieu scolaire est très malade. Actualité nous renseigne suffisamment sur ses différents maux. Les enseignés sont devenus les bourreaux de leurs camarades et de leurs enseignants. Le livre peut être la solution. Les écrits peuvent réussir là où tous à échouer. C’est d’ailleurs ce que pense Marie Gabrielle MFEGUE, journaliste culturelle  » N’hésitez à mettre un livre entre les mains de vos enfants. Car un livre engagé comme celui-là, fera évoluer les mentalités d’une société en perte de valeurs sociaux. « 

Dernière classe du second cycle, la terminale est une ouverture au monde socioprofessionnelle. D’où les enseignements sur la philosophie. A la question de savoir quel peut être impact de ce roman sur les apprenants ? L’écrivaine, Djamidi Bond répond en disant « C’est l’excellente cible pour une sensibilisation efficiente. Ces élèves, pour certains, sortent tout juste de l’adolescence et entament le voyage vers l’âge adulte et donc, sont à mêmes de mieux comprendre les tares de leurs sociétés. En tant que futurs parents, c’est maintenant qu’il faudrait les aider à prendre les meilleures décisions pour leur progéniture. « 

L’autre motivation pour ces enfants peut être l’histoire et le parcours de la romancière qu’on retrouve ➡️ https://www.focusmediaafrique.com/cameroun-deux-recompenses-goncourt-pour-le-livre-de-djaili-amadou/

L’immersion au cœur des us et coutumes du Sahel

Réputé pour sa chaleur accablante, la zone sahélienne est dominée par une tradition patriarcale. La femme semble être considérée comme un objet voire une marchandise. Une injustice qui offense Djaili Amadou Amal au point d’en faire son cheval de bataille. Monika NKODO nous edifie davantage : « Les sujets abordés dans « Munyal, les larmes de la patience démontrent l’engagement de son auteur. Femme du sahel, elle parle avec courage des problèmes liées aux femmes de sa communauté afin d’en devenir la voix. C’est un bonus pour la lutte contre le mariage forcé même si le combat est loin d’être gagné.« 

Les jeunes sont à la base de la société. Ce sont eux qui la façonnent et pour qu’ils deviennent des adultes responsables il est important de les mettre le plus tôt possible face aux réalités de la société. Et aborder grâce à ce livre de telles questions avec eux pourraient susciter en eux la réflexion et ouvrir le débat. Côté littéraire, on est en plein dans l’engagement qui est un « symbole de renaissance pour la littérature camerounaise en général et un symbole d’éclosion pour la littérature du Grand Nord en particulier. Pour cette dernière, l’heure est encore à la dénonciation. «  d’après Djamidi Bond.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.