Cameroun : La CNPS dévoile sa solution face à la crise du logement social

Cameroun : La CNPS dévoile sa solution face à la crise du logement social

L’immense complexe résidentiel LODGE est une matérialisation qui malheureusement condamne les démunies.

L’accès à un logement social au Cameroun est un parcours de combattant. Les conditions et les prix de vente de ses habitations apparaissent en général comme un indicateur de la population réellement ciblée par ces opérations. D’où le questionnement sur la politique des   logements sociaux en vigueur au Cameroun. St  Merlin YOUDOM, journaliste acteur de la société civile est dubitatif sur la question : « S’il en existe une, c’est qu’elle n’est pas très lisible et ses résultats ne sont pas très perceptibles, car nous vivons depuis longtemps une vraie crise du logement social au Cameroun, et quand bien même des initiatives sont prises à propos par les pouvoirs publics, on a l’impression que les bénéficiaires à terme sont bien éloignés de ceux qui sont dans le besoin : allez voir ceux qui habitent les camps sic depuis des années, refusant même de libérer,  quand ils construisent leurs propres maisons. « 

Les logements sociaux de la CNPS sont disponibles

Situé en plein cœur du quartier Messassi, le complexe résidentiel CNPS LODGE est un ensemble constitué de 6 immeubles R+4 de 16 appartements chacun, dont 08 de 02 chambres et 08 de 03 chambres et de 96 parkings sécurisés. Ce cadre paradisiaque n’a rien d’un logement social affirme un Acteur du développement social et journaliste Dimetrio WOUASSOM qui dit : « Je voudrais supplier la CNPS de modifier le nom de ces bâtiments construits au quartier Emana. Ça n’a rien à voir avec les logements sociaux. Les camerounais moyens peuvent-ils loger ? Non. Il ne faut pas continuer à voiler les yeux des gens avec une politique qui n’a jamais respecté son nom. »

Investissement immobilier « intergénérationnel »

Les appartements de haut standing locatifs, réalisés par l’entreprise dirigée par MEKULU MVONDO constituent d’importantes réserves financières. La sécurité et le confort observés dans ses lieux semblent ne pas concerner le Camerounais d’en- bas. Les prix généralement annoncés pour l’acquisition sont à questionner.  St Merlin YOUDOM relève la dichotomie entre l’intention et l’action « En quoi ces logements seraient-ils sociaux s’il faut débourser plus de 15 millions de francs minimalement pour y avoir accès ? Combien de camerounais réussissent à épargner cette somme durant toute leur vie ? Je crois qu’il faut imaginer d’autres formules plus accessibles aux petits camerounais, le modèle des HLM en France peut être exploré. »

Le logement social est une priorité pour le gouvernement

La célébration de la journée mondiale de l’habitat au Cameroun en 2020 a permis de mieux comprendre la position gouvernementale sur la question. Placée sous le thème « un logement pour tous, un meilleur avenir urbain », les manifestations autour de cette journée ont donné à réfléchir. Pour une des rares fois, l’État s’est repenti, le ministre de l’Urbanisme et de l’Habitat va confesser « Nous devons corriger les failles que nous avons enregistrées dans la politique gouvernementale de construction et d’attribution des logements sociaux au Cameroun.  » Cette démarche d’antan excluait selon Dimetrio WOUASSOM les bayam sellam, les vendeurs d’arachides, pousseurs et autres taximens de ses habitations au profit des locataires dont les véhicules de luxe sont garés au pied de l’immeuble.

 Pays en voie de développement, le SMIG se situe autour de 36270 FCFA. Difficile de se trouver un logement décent avec une telle somme. L’expansion de la population et l’exode rural complexifient l’équation. Néanmoins Célestine Ketcha Courtes a annoncé que le gouvernement a décidé de revoir sa copie : « Nous envisageons mettre à la disposition des camerounais des logements sociaux à 7,5 milliards, pour 2 à 3 chambres. Nous allons produire massivement des logements sociaux afin d’atteindre rapidement l’Odd n° 11 et réaliser efficacement le programme de construction de 10.000 logements sociaux et d’aménagement de 50.000 parcelles constructibles. » Just wait and see.

Thierry   EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.