Cameroun : La précarité de l’emploi chez les jeunes en questionnements

Cameroun : La précarité de l’emploi chez les jeunes en questionnements

L’insertion socioprofessionnelle s’apparente à un véritable serpent de mer.

La célébration au second mois de chaqu’année de la fête de la jeunesse au Cameroun, est une occasion majeure pour cette catégorie sociale de réfléchir sur sa participation aux grands défis qui interpellent la nation. La question de l’emploi reste et demeure une préoccupation centrale pour cette tranche de la population, qui est soit sous employée, ou pas employée du tout. Comment expliquer aux jeunes qu’ils sont le fer de lance de la nation et limiter l’âge d’entrée a la fonction publique a 32ans?


En effet, si le 11 Février est un moment de ferveur patriotique, qui commémore, exalte les réalisations et les prouesses de cette jeunesse, laquelle représente près de 60% de la population totale dans les domaines de l’agriculture, l’élevage, l’économie, le sport, la culture et les sciences de l’innovation. Il n’en demeure pas moins vrai que ceux pour qui ces manifestations sont organisées sont très loin de ce qui se passe. Car ignorant de la réalité de leur environnement. Le Directeur régional de l’institut panafricain pour le développement Merlin MFONDO pense que: « Pour résoudre efficacement la crise d’emploi en Afrique, il faut que les jeunes procèdent à une véritable adéquation entre la formation et l’information sur les offres ».


Au ministère de la jeunesse , outre le programme pari-jeune, la politique d’insertion socio professionnelle repose sur deux piliers que sont le conseil national de la jeunesse et le centre multi fonctionnel pour la promotion des jeunes. Ange BOKOP de la cellule de communication poursuit en disant que grâce à leurs partenaires multiformes le MINJEUNE souhaite que les jeunes soient épanouis. Ce qui n’est malheureusement pas le cas.

Pour Brice Sado TSEWUI qui déclare ce qui suit:  » En dehors de l’absence de communication sur les projets professionnels en direction des jeunes, les projets manquent de fluidité, ce qui décourage .Car Les jeunes ont de très belles idées mais on ne profite pas de l’accompagnement nécessaire de l’Etat pour rendre mature les réflexion ». Fort de son poids démographique, son exubérante vitalité la jeunesse en cette période de pandémie à corona virus doit se réinventer pour continuer d’impacter le monde.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.