Cameroun : La spirale infernale de l'endettement suit son cours

Cameroun :  La spirale infernale de l'endettement suit son cours

La proposition de projet de loi sur la modification de l’exercice budgétaire actuelle s’adosse encore sur les emprunts extérieurs.

La commission des finances et du budget de l’assemblée nationale va examiner, le vendredi 11 Juin 2021 , le projet de loi N° 1093/PJL/AN portant ratification de l’ordonnance N° 2021/002 du 26 Mai 2021 modifiant et complétant certaines dispositions de la loi N° 2020/018 du 17 Décembre 2020  portant loi de  finance de la République du Cameroun pour l’exercice 2021. Travail assez fastidieux pour les députés par ces temps d’incertitude économique. www.focusmediaafrique.com/loi-de-finances-une-modification-partielle-adoptee/ 

Pour l’honorable Samuel MOTH c’était prévisible car :  » Nous sommes dans un pays résilient, chaque jour on nous annonce, un élément nouveau qui s’impose à tout le monde. Il apparaît que les gens ont été réservés, avec l’apparition de nouveaux signaux favorables, il faut réajuster. »

Exposé des motifs de l’opération en cours de téléchargement

Cette ordonnance vise principalement » Le relèvement du plafond des emprunts non concessionnels du budget de l’État de 300 milliards de FCFA à 750 milliards de FCFA. Elle permet également au gouvernement de recourir à des émissions sur le marché international pour un montant de 450 milliards de FCFA en vue du rachat partiel ou total de l’Eurobond en cours. »  Très endetté, le pays de Paul BIYA peine à rembourser ses créances. La pandémie à coronavirus est venue empirer la situation. 

L’opération pourrait permettre en cas de fortes tensions sur les finances publiques l’achèvement des grands projets structurants de première génération et le financement de ceux inscrits dans la stratégie nationale de Développement 2020-2030 ( SND 30).

Le Cameroun est un pays de scandales financiers

L’actualité est dominée par le prétendu vol des fonds liés à la lutte contre la covid. Baptisé <<Covidgate>>. Cette affaire produit un séisme au sein du gouvernement.  Le début de ce mois de Juin est marqué par des cambriolages assez suspects dans les administrations publiques hautement sécurisées. Certains observateurs y voient la destruction des preuves que cherchent la justice.

Un tour à la prison centrale de Yaoundé kondengui , fait observer le nombre impressionnant des anciens gestionnaires de la fortune publique qui y sont écroués. La corruption et détournements de fonds apparaissent comme de véritables serpents de mer.

Thierry  EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.