Cameroun : L'emprunt irresponsable qui conduit à l'impasse

Cameroun : L'emprunt irresponsable qui conduit à l'impasse

Le comité national de la dette publique qui examine et valide les projets d’endettement semblent présenter des limites au fil des années.

La récente actualité marquée par le passage en force du projet de loi sur l’augmentation du budget de l’État pour le compte de l’exercice 2021 est problématique. Car il soulève un précèdent sur le volume impressionnant de dettes contractées. Le pire étant que les motifs pour lesquels ces emprunts sont faits restent à peine visible. L’honorable Cabral LIBII continue à chercher sans trouver les réalisations des 10000 milliards de FCFA absorbés par son pays de 2006 à 2020. 

Zoom sur un organe qui semble échouer avec succès

Présidé par le Ministre en charge des finances et la vice – présidence par le Ministre en charge de l’économie de la planification et de l’aménagement du territoire, le comité national de la dette publique (CNDP) résiste à l’usure du temps.  Son secrétariat permanent qui est la caisse autonome d’amortissement et sa commission Technique ont pour mission de réaliser les études techniques en rapport avec les nouveaux emprunts, pour la mise en cohérence de la politique d’endettement du pays avec les nouveaux emprunts, la mise en cohérence de la politique d’endettement en rapport avec les objectifs de développement et sa capacité financière. Seulement ce travail semble compromis aujourd’hui.  La nation selon certains observateurs est sur une pente glissante.

 La création et la mise en place du CNDP avait pour objectif de Coordonner, suivre la mise en œuvre de la politique nationale d’endettement public et de gestion de la dette publique, veiller à sa mise en cohérence avec les objectifs de développement et la capacité de l’Etat.  Les résultats sont très reluisants.  On est passé du DSCE (document de stratégie de la croissance et de l’emploi) au SND (stratégie nationale de développement) sans réel changement. Le cap a aussi évolué (2020-2030) symbole d’un échec notoire. Cette situation effraie Cabral LBII qui s’interroge : ’’Un pays qui a occupé un rang honorable dans le programme pays pauvre très endetté et qui a péniblement atteint le point d’achèvement en 2006 se voit à nouveau lancé dans un endettement boulimique dont les populations se demandent à quoi ça sert exactement ?’’

Le gendarme FMI impose au Cameroun des restrictions économiques

Le contexte de la pandémie à coronavirus est favorable aux emprunts chez les généreux créanciers. Seulement, il faut présenter des garanties solides de remboursement. Dans un pays où les détournements de fonds prospèrent à ciel ouvert, le FMI est très inquiet. Pour l’institution de Bretons Woods, le Cameroun présente un risque élevé de surendettement. D’où la surveillance observée à l’heure actuelle. Ses mouvements d’emprunts sont scrutés pour sa propre viabilité.

  Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.