Cameroun : Les pistes pour la relance de l'économie camerounaise post covid-19.

Cameroun : Les pistes pour la relance de l'économie camerounaise post covid-19.

Il s’agit secteurs prioritaires devant booster nos finances publiques durement affectées par la pandémie. Avec une enveloppe globale de 4,865,2milliards de frs CFA, soit une nette amélioration de 05%, par rapport à l’exercice 2020, l’économie Camerounaise est plus résiliant que jamais malgré les crises multiformes qui l’affecte.

Pour la première fois depuis 30ans, la note du taux de croissance est de moins 2,8% dans un environnement socio-économique et politique qui semble s’éloigner au fur et en mesure qu’on le côtoie. Une telle situation recommande de la prudence comme l’a rappelé Louis Paul MOTAZE « IL y a une espèce d’incertitude et cette incertitude nécessite que tout le monde se mette à la tâche par une gestion optimale des recettes », qui proviennent généralement des impôts, taxes et autres mécanismes mis en place par les pouvoirs publics pour agrandir l’assiette de collecte des finances publiques.

L’Institut national de la statistique fait état de ce que 90% des entreprises estiment être négativement impactées par les mesures restrictives prisent par le gouvernement avec pour conséquence une baisse de la demande de 94%, des difficultés d’approvisionnement intérieur de 76%, les difficultés de financement extérieur de 72%, la baisse de production de 82,6%, la baisse du chiffre d’affaires de 95,5%, la rédaction des effectifs de 52,8%.

Avec un tel rapport alarmant, que peut-on attendre en cette saison budgétaire, peut-on envisager quelques pistes concernant la relance de notre économie ?

Le journaliste économique Philippe NSOA dit qu’au regard de la loi de finances promulguée le 17 décembre 2020, il faut rester optimiste car, « le plan de relance économique post covid-19 se décline en quatre principaux axes en l’occurrence la consolidation budgétaire, la mise en place des dispositifs adaptées et dédiées aux financements des entreprises, la dynamisation des filières de croissance et le renforcement de la compétitivité des entreprises ». Longtemps marginalisé, le secteur informel pourvoyeur d’emplois pour la jeunesse fer de lance de la nation, semble retrouver progressivement ses lettres de noblesse, et, à cela s’ajoute le secteur agricole qui gagne de plus en plus du terrain dans le quotidien des Camerounais habitués à consommer et à faire la promotion des produits importés.

Précision que cette année, notre pays va recommencer à payer sa dette extérieure, estimée à 913,7millards, à titre d’illustration, ce mois de janvier période de disette au niveau des recettes fiscales, un montant d’environ 85 milliards sera versée dans cette rubrique. Ceci se fera au moment où va entrer en vigueur, pour sa première année d’observation le SDN(Stratégie Nationale de Développement)sur lequel Paul Biya compte énormément pour atteindre un taux de croissance de 8%.Il déclarait le 31decembre ceci « la Stratégie Nationale de Développement définit les grands axes de notre planification jusqu’à 2030.Ce document tire les leçons des expériences passées et fixe de nouveaux objectifs pour la décennie à venir, notamment une transformation structurelle de notre économie et le développement inclusif ».Le maçon sera jugé au pied du mur.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.