Contraception : Le Cameroun bat les records en Afrique centrale sur l’utilisation des préservatifs

On dénombre près de 11 millions sont consommes chaque année au pays de Paul BIYA.

Contraception
Contraception

La clôture de la phase 5 du projet de prévention du VIH-SIDA en Afrique Centrale (PPSAC) en juin 2022 a permis d’avoir une idée sur le volume de préservatifs utilisés par les camerounais. Financé par la KFW à travers l’OCEAC avec l’assistance technique de la population service International(PSI) les statistiques révèlent que 500 millions de préservatifs ont vendus dans les pays couverts par le programme, le Cameroun à lui tout seul a consommé 200 millions de préservatifs. Soit un ratio de 11 millions par an ; car le projet PPSAC s’est étendu de 2005 à 2022. Précisons que l’objectif global de ce programme était d’assurer une meilleure disponibilité des condoms et un changement positif des groupes cible en vue de contribuer à la réduction du VIH et des méfaits de la stigmatisation et de la discrimination envers les personnes vivant avec le VIH5 (PVVIH)

Des chiffres plus inquiétants au sujet du préservatif

08 millions de préservatifs ont été écoulés pendant la CAN Total Energies 2021 au Cameroun selon Diarra KAMARA, Directrice Exécutive de l’Association camerounaise pour le marketing social. Des artistes et autres célébrités ont été mises à contribution pour amener les consommateurs et autres utilisateurs à adopter les condoms new-look aux parfums excitants. Grâce au marketing social plus de 1,6 millions de couples ont été protégés. Et les enquêtes de démographie et santé (Eds) révèlent que le taux de prévalence du Vih dans le pays est passé de 5,5% en 2004 à 2,7% en 2018. Des chiffres qui prouvent qu’au Cameroun, le vagabondage sexuel est une réalité, l’utilisation du préservatif progresse.

La suite du PPSAC 5 annonce des lendemains qui chantent


Les articulations du projet se cristallisaient autour de trois principales attentes que sont :
 Rendre disponibles, accessibles en quantités et en qualité et de façon continue les préservatifs;
 Améliorer les connaissances, attitudes et pratique en préventions des IST, VIH-Sida des comportements tendant à la stigmatisation
 La marginalisation des PVVIH.

Démarré le 1er Septembre 2019, les équipes de l’ACMS ont sillonnés 14 communes rurales et former près de 576 jeunes filles de 15 à 24 ans aux questions de santé de la reproduction et de connaissances du VIH /SIDA. Omniprésent dans l’ensemble des activités le préservatif ne sait jamais aussi bien vendues que pendant cette période. Certains hôtels retissent au départs figurent sur le liste des plus gros clients de l’ACMS .


Thierry .E

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.