Péril sur l'usage des contraceptifs et médicaments de santé maternelle.

L’alerte est donnée par la direction de la pharmacie, du médicament et des laboratoires , la rationalisation s’impose.

contraceptifs
contraceptifs

L’état des lieux de la santé de reproduction au Cameroun n’est pas tout à fait reluisant. Les données à jour révèlent que face au taux de fécondité soutenu, l’utilisation des contraceptifs n’a pas encore atteint son niveau optimal. Pour cause, la rationalisation de l’offre et de la demande, mais aussi de la distribution des produits. Pour illustration, des ruptures de stocks sont encore observées dans les Formations Sanitaires alors même que l’on signale un surstock dans les entrepôts de la Centrale Nationale d’Approvisionnement en Médicaments Essentiels (Cename) où les dates de péremption des stocks sont très rapprochés. Une situation qui entraîne l’insatisfaction de la demande et de l’offre des services. Bien plus, la question de la sécurisation des ces produits contraceptifs (préservatifs, pilules du lendemain et l’ensemble des outils du planing familial) est une préoccupation réelle.

l’État saisie le taureau par les cornes

Un séminaire sur la question a été organisé par le ministère de santé publique . Il est question d’adresser tous les besoins en santé de reproduction aussi bien chez les jeunes que les femmes, qu’une 50aine des différents intervenants de la chaîne de santé de reproduction (pharmaciens, Infirmiers, logisticiens, gestionnaires des stocks et approvisionnement, responsables de la sécurisation des produits médicaux). L’enjeu de cette démarche était de rationaliser les approvisionnements, organiser une distribution sans interruption des produits, quantifier de façon réaliste les volumes nécessaires dont le pays a besoin pendant une période donnée. Le processus de quantification déclenché par la sélection des contraceptifs et médicaments de santé maternelle se poursuit jusqu’à la distribution auprès du patient, en passant par l’acquisition et le stockage.

Vers l’élaboration d’un Plan National d’Approvisionnement

Le process de quantification des besoins en produits de santé de reproduction achevé , les travaux en groupe sont ont portés sur l’affinement et l’analyse des données collectées depuis les Formations Sanitaires(Fosa). Les exercices et réflexions se poursuivent dans les trois groupes constitués à cet effet. Dans l’ensemble, une opération de remontée des données depuis les Fosa et de leur complétude est effectuée. Ces données sont consolidées par des statistiques agrégées par plusieurs Organismes de la Société Civile.

L’analyse de ces données va permettre d’estimer le volume de médicaments de santé maternelle nécessaire pour le Cameroun jusqu’en 2023.

Au terme de cet atelier, un Plan National d’Approvisionnement sera élaboré et mis en œuvre en vue de rationaliser la distribution de ces produits et ainsi réduire les ruptures de stocks et les surstocks

T.E

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.