Politique : Le congrès de la renaissance de l'UPC

Politique : Le congrès de la renaissance de l'UPC

Le 8iéme grand forum de l’Union des Population du Cameroun s’est tenu les 11 et 12 Septembre 2021 à Yaoundé.

Les travaux du comité directeur du 12 Décembre 2020 tenus à Bounnyebel, dans le Nyong et Kellé (Centre) ont tracé les sillons de ce congrès très attendu par la classe politique. Miné par des tendances, le plus vieux parti d’opposition au Cameroun, a une nouvelle fois tenté de rassembler ses cadres après l’échec de l’unité recherchée par l’assemblée générale des cadres du 3 août 2021. Selon le secrétaire général Pierre BALEGUEL NKOT, l’objectif poursuivi était « un  rassemblement solide des upécistes », ouvert à toutes les fractions, un message d’union et a été envoyé aux dissidents.

600 délégués sont venus des 10 régions pour assister à cette rencontre qui s’est finalement tenue malgré les basses manœuvres du camp adverse.

Les résolutions du congrès de Septembre 2021

Les congressistes ont choisi de nouveaux dirigeants. François ZOGNING Remplace HABIBA Issa à la tête du comité directeur et Pierre BALEGUEL NKOT continue de présider aux destinées du secrétariat général. Le fonctionnement et l’organisation du Parti a été touché. Pour une meilleure coordination des activités, des structures suivantes : administrative, opérationnelle, thématique dédiée à la décentralisation ont vu le jour. Les textes du parti du crabes ont subi quelques des amendements. Pierre BALEGUEL NKOT explique que :  » le premier amendement porte sur le nombre de membres du bureau du comité directeur qui passe de 11 à 38. Le second règle la question de bicéphalisme entre les secrétaires généraux et les présidents’’

La guerre de tranchée entre héritiers

La crise née du double scrutin des législatives et municipales 2020 a creusé le fossé de la division entre BAPOOH LIPOT et BALEGUEL NKOT. Aidé par l’administration, le climat de tension va perdurer, au point où le parti indépendantiste va perdre ses territoires du Nyong et kelle, de la Sanaga-Maritime et une partie du Wouri. Chose qui scelle progressivement la mort politique du parti . Face à ce qui s’annonce comme des signes d’une agonie évidente, François ZOGNING réagit dans les colonnes de Cameroun-Tribune en affirmant :  » On ne peut pas empêcher un si vieux parti qui a beaucoup de courant, d’avoir des désaccords. Mais nous disons que ces courants doivent servir le parti et non l’individu ‘’.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.