Politique : Polémique sur la protection des exilés séparatistes aux Etats-Unis

L’annonce de la nouvelle d’accorder 18 mois à des Camerounais demandeurs d’asile au pays de l’oncle Sam est diversement appréciée par l’opinion.

Le Secrétaire à la Sécurité intérieure des Etats-Unis d’Amérique, Alejandro Mayorkas, a annoncé le 15 Avril 2022 que son pays a décidé d’accorder une protection temporaire au Camerounais illégalement installés sur son sol. Une décision motivée par la persistance de la crise sociopolitique dans les régions du Nord-Ouest et Sud-Ouest; ainsi que des violences perpétrées par des combattants de la secte terroriste d’origine nigériane, Boko Haram, dans la région de l’Extrême-Nord.

Ambiguïté sur la position américaine

Depuis le démarrage il y ‘a plus de 4ans du conflit armé entre les séparatistes et l’Etat camerounais, le gouvernement américain n’a pas clairement défini sa position. Pays de résidence de certains bailleurs de fonds de cette crise, l’administration Biden a péché par une nonchalance à réagir. Une situation qui a amené certain penser que les américains ne jouent pas franc jeu dans cette affaire. L’accord de la protection temporaire est une preuve. Selon Ondoua Achille « La sortie d’Alejandro Mayorkas sur le Cameroun est une indication claire du camps qu’ils soutiennent dans ce conflits aux enjeux démesurés » les Américains semblent préoccupés par les dégâts causés par ses années de guerres internes. Parmi les conséquences on peut citer : Une instabilité économique ,une insécurité alimentaire , des pertes en vies humaines, des destructions des biens publics et privés ,des difficultés pour des populations d’avoir accès à l’éducation et aux hôpitaux en plus des déplacements d’un bon nombre vers d’autres lieux considérés comme plus sûrs.

Les atermoiements du régime BIYA pour résoudre cette crise

Mendiant de la paix, Paul BIYA a envoyé et continue d’envoyer des émissaires sur le terrain pour un retour a la paix. D’où l’organisation d’un Grand Dialogue National en 2019,puis l’adoption la même année du code général des collectivités territoriales décentralisées qui a permis l’organisation des premières élections régionales en 2020, et l’implémentation d’un statut spécial accordé aux régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest. La création d’une branche du common law a Enam ou le recrutement de 500 traducteurs /interprètes dans l’administration pour ne citer que ces actions là. Seulement la crise se poursuit. Les députés issus de la majorité dans un courier adressé à l’Administration Biden l’interpelait en ces termes.


« Nous continuons à solliciter l’appui et la collaboration des pays amis, afin d’enrayer les activités de certains membres de la diaspora camerounaise qui cherchent à déstabiliser notre système politique à travers la désinformation » Malheureusement la réponse du 15 Avril 2022 semble apparaitre comme une déception pour tous ses efforts pour un retour à la paix durable dans la zone anglophone du Cameroun.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.