Tuberculose infantile : Des chiffres qui donnent froid au dos

Tuberculose infantile : Des chiffres qui donnent froid au dos

Avec 1,2 million d’enfants atteints de tuberculose dans le monde, seuls 1261 cas ont été signalés pour 6000 enfants camerounais. Chez les tout petit et les adolescents, la maladie n’est souvent pas reconnue par les prestataires de soins et elle peut être difficile à diagnostiquer et à traiter.

70%, c’est La proportion de personnes atteintes par la tuberculose manquante chez les enfants de moins de 05 ans et à 40% chez ceux âgés de 05 à 14 ans. Des chiffres énoncés dans un rapport 2019 de l’Organisation Mondiale de la Santé. L’OMS qui fait état de 1261 cas identifiés au Cameroun sur plus de 6000 cas de tuberculose pédiatrique. Un gap de détection de 78% pour un taux d’identification de 21% pour cette tranche vulnérable de la population camerounaise.

Des statistiques qui ne laissent pas indifférentes ces femmes en proie aux difficultés de tout ordre pour venir efficacement à bout de cette infection pulmonaire. « Je suis satisfaite du traitement qu’on a administré ici à mon bébé (Fils de 03 ans NDLR) car je ne savais pas que le traitement de la tuberculose est gratuit depuis 2004 au Cameroun. » Affirme tout souriante Viviane Eyenga, la mère du petit Nathan.

En effet, Plus de 95 % des cas et des décès concernent les pays en développement. Par ailleurs, La déclaration politique issue de la récente réunion de haut niveau des Nations Unies comprend quatre nouvelles résolutions parmi lesquelles celle relative à une mobilisation d’au moins 13 milliards de dollars américains annuel pour favoriser l’accès universel au diagnostic, au traitement et à la prise en charge de la tuberculose d’ici à 2022. La voix des femmes apparait de façon inéluctable comme étant salutaire en vue d’atteindre l’objectif « Zéro cas de mort » de suites de tuberculose chez l’enfant d’ici 2022.


« Pourquoi vous les journalistes, s’insurge Valentine Medjo vous ne pouvez pas parler dans vos micros pour qu’on intègre la Tuberculose dans les programmes de vaccination de Santé Maternelle et infantile. Vous savez seulement parler de politique matin et soir. » Un cri de détresse de cette mère d’enfant, rencontrée à l’hôpital Jamot à Yaoundé. Un plaidoyer face aux chiffres quelque peu inquiétants car la tuberculose infantile apparait aujourd’hui comme un problème de santé publique et nécessite l’intégration urgente de cette pathologie dans les guides et directives de la Prise en Charge des Maladies du Nouveau-né et de l’Enfant(PCIMNE).

Brice Ngolzok

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.