Cameroun : Conflit de compétence entre la Mairie de ville de Yaoundé et les municipalités

Cameroun : Conflit de compétence entre la Mairie de ville de Yaoundé et les municipalités


C’est une série de casses, qui anime le quotidien du Maire de la ville de Yaoundé, Luc Messi Atangana. Ce serait alors, l’origine du conflit qui l’oppose au maire de la commune de Yaoundé VII, Augustin Tamba.



La discorde entre le super maire et le maire Augustin Tamba, défraie la chronique. Il s’agit de la destruction des boutiques communales à Yaoundé VII, par les services de la communauté urbaine. La situation déplaisante, s’apparente à un conflit politique entre les caciques du parti au pouvoir. Par ailleurs, un conflit de compétences semble plutôt flagrant.

Le maire de la commune de Yaoundé VII, livre sa version



Le président de communes et villes unies du Cameroun (CVUC), Augustin Tamba, par ailleurs chef de l’exécutif communal du 7ème arrondissement de la ville au sept collinnes s’indigne de l’attitude du Maire de la ville. Il déplore le fait de n’avoir pas été notifié, de la décision de celui-ci.  » Nous avons été surpris comme tout le monde, de la démolition, par les services de la communauté urbaine, de 60 boutiques communales en fin de construction » . Déclaration faite par le maire.



Respectueux des procédures, Augustin Tamba dit avoir saisi toutes les autorités, avant de lancer les travaux. Il serait incongru d’après lui, de voir le Maire de la ville de Yaoundé se dresser contre sa commune.  » Nos démarches ont abouti à un nombre d’accord, qui nous ont amené à engager les travaux » , confit-il. Augustin Tamba ajoute :  » Il ne nous a semblé à aucun moment au cours de nos échanges avec le Maire de la ville et ses services, que cette initiative connaîtrait un tel désagrément ».



D’après le magistrat municipal, l’attitude de Luc Messi met en mal la décentralisation. Celle-là même, qui dénote de la volonté manifeste du chef de l’Etat. Il souligne d’ailleurs que :  » Les maires doivent absolument s’approprier de la décentralisation, pour le bien être de nos populations » . Il demande ainsi, justice et réparation.

Le Maire de ville dans une logique de faire respecter la loi.



Luc Messi quant à lui, dénonce une attitude récidiviste. Il explique que,  » ces boutiques occupaient la chaussée« . Pour faire respecter les procédures, il souligne que :  » plusieurs mises en demeure, ont été adressées au responsable du chantier querellé ». Mais face à une résistance jugé récidiviste :  » j’ai été dans l’obligation de faire respecter la loi » . Le Maire Luc Messi rappelle que, le dossier technique de construction, n’avait pas été validé par la commission chargée des permis de bâtir.

Des explications qui selon des députés, présents à la préfecture, tiennent la route. Car cet acte posé par le Maire de la ville, témoigne de la lutte contre le désordre urbain. Mais certaines indiscrétions, interrogent les destructions perpétrées par la communauté urbaine. Il faut dire que le bilan des casses de Luc Messi, dame le pion au bilan des constructions dans la ville.

L’ arbitrage du préfet du mfoundi désavoue le maire de Yaoundé VII



Le préfet du mfoundi, Emmanuel Djikdent, avait été désigné pour présider la » commission de gestion de la crise ». Dans son propos, le préfet rappelle que, le cas de la commune de Yaoundé VII n’est pas isolé. L’on se souvient par exemple de la commune de Yaoundé VI, chez le maire Yoki Onana, qui avait subi le passage des engins de la communauté urbaine, dans les mêmes circonstances.


Le désordre urbain et l’incivisme, sont une entorse au développement, d’où l’irritation du préfet. Il réaffirme d’ailleurs, son soutien indéfectible au Maire de la ville. Il déclare :  » je vous invite, à ne reculer devant aucun obstacle » . Il ajoute dans son propos dans la ville de Yaoundé, l’on doit parler de :  » synergies de compétences et non de conflit de compétences » .

S’adressant aux magistrats municipaux, le préfet emploi un ton ferme. Il invite ceux-ci, à jouer chacun sa partition. Selon lui, l’affrontement des idées, doit :  » faire naître des actions collectives d’amélioration des conditions de vie des populations » . A-t-il martelé.


Emmanuel Djikdent, a aussi appelé les populations à plus de civisme. Ne faisant pas l’économie des mots, il a exhorté les médias à la neutralité. Le traitement de l’information, relativement à ce sujet devrait bénéficier d’un professionnalisme absolu. Au sortir de cette consultation, le préfet annonce une réunion de travail pour les prochains jours. Celle-ci réunira les sept maires des communes de Yaoundé, le Maire de la ville et le préfet du mfoundi. Toutefois, l’on note le retour au calme, au sortir de la rencontre chez le préfet.


DONALD ARMEL OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.