RDC: L'étau se resserre sur le pays des léopards

RDC: L'étau se resserre sur le pays des léopards

Après l’accusation publique aux nations unies et nombreuses condamnation de part le monde, c’est autour de Jean-Marc CHÂTAIGNIER d’enfoncer le clou.


Après l’Assasinat de l’ambassadeur de l’Italie en RDC, M. Luca Attanasio, Le diplomate Européen Jean-Marc Châtaignier réagit et précise sur les récentes édictées par le gouvernement, règles régissant les déplacements des ambassadeurs en RDC.

Que dit Européen Jean-Marc Châtaignier ?

Le diplomate a rappelé les règles qui régissent les déplacements des ambassadeurs dans les États accréditaires. Ces règles ne sont pas que pour la République Démocratique du Congo.
Il dit en rencherissant que :
« _Le premier principe est celui que nous ne sommes pas nommés auprès d’une capitale mais bien auprès d’un pays »_

Le second principe, qui en découle, est celui énoncé dans l’article 26 de la convention de Vienne sur les relations diplomatiques:


« Sous réserve de ses lois et règlements relatifs aux zones dont l’accès est interdit ou réglementé pour des raisons de sécurité nationale, l’État accréditaire assure à tous les membres de la mission la liberté de déplacement et de circulation sur son territoire. »

Et il ajoute pour dire:

« Les déplacements des diplomates ne sont donc pas soumis à une réglementation spécifique. Les règles appliquées sont les mêmes qui sont en vigueur pour les ressortissants nationaux (en RDC par exemple le contrôle des passeports par la DGM pour tout déplacement provincial). Suivant la nature des déplacements (officielle, consulaire, privée…) et qui les organise, les usages de communication peuvent évidemment varier.»

Juste après l’Assasinat de l’ambassadeur de l’Italie en RDC, certaines décisions prises par les officiels de la République Démocratique du Congo ont été taxées de ratées diplomatiques en ce sens que les officiels de la République Démocratique du Congo déclarent que « tout déplacement d’un diplomate à  l’intérieur du territoire congolais doit être  signalé au moins une semaine à l’avance auprès  du ministère des Affaires étrangères qui informera, à  son tour, les autres institutions nationales et provinciales concernées. » C’est en ce sens que la RDC viole allègrement la convention de Vienne.

Félix Mwanza

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.