Cemac : Les contours d'un sommet aux multiples attentes

Cemac : Les contours d'un sommet aux multiples attentes

Le sommet extraordinaire des chefs d’Etats de la Communauté Économique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac), se tient ce jour 18 Août 2021 à Yaoundé.

C’est en visio-conférence, que le président de la république du Cameroun, Paul Biya présidera les travaux regroupant les chefs d’Etats de la sous-région. Pour ce sommet extraordinaire, le thème choisi est :  » Évaluation de la situation macro-économique de la zone Cemac en contexte de pandémie de covid-19 et analyse des mesures de redressement ». Ce thème devra alors se traiter, sous quatre axes. Il s’agit de :

– Enjeux du sommet extraordinaire des chefs d’Etats de la Cemac.

– Situation économique, financière et monétaire de la Cemac.

– Le plan de relance post Covid-19.

– Les grands projets intégrateurs dans la zone Cemac.

 Les enjeux.

Les différentes crises sécuritaires, économiques et socio-politiques, qui sévissent dans la sous-région, ne sont pas sans conséquences. Les répercutions sur les économies des pays, sont inquiétantes. C’est la raison pour laquelle les chefs d’Etats, devront dresser un état des lieux de la situation depuis l’avènement du Covid-19. Et aussi, interroger la situation sécuritaire de la zone Cemac.

Dans le même ordre d’idées, ils vont procéder, à une évaluation des mesures optées pour la riposte contre Covid-19. Par ailleurs, les chefs d’Etats, devront répondre des conséquences économiques et monétaires, liées à cette pandémie et surtout à la crise économique de 2016. Toutefois, ils pourront ainsi convenir à des mesures nouvelles plus efficaces.

Ce sommet se tiendra, en présence de la directrice générale du FMI, Christalina Gueorguiva. En outre, le président du groupe de la banque mondiale, David Malpass ; le président de la banque africaine de développement (BAD), Akinwumi Adesia et un représentant du gouvernement français, seront aussi de la partie. Ces fortes présences, marquent ainsi la qualité des attentes de ce sommet extraordinaire.

 Des attentes.

Au plan politique, la Cemac est appelée à se mobiliser au plus haut niveau. Mobilisation, visant à faire face aux crises. Au plan sécuritaire, il est question de mettre un point d’honneur, sur la paix et la sécurité. Les chefs d’Etats, sont appelés à condamner, les actes barbares et meurtriers, perpétrés par des groupes terroristes dans la sous-région.

La santé et le social, devront compter sur la mobilisation, en faveur de la vaccination contre la Covid-19. Avec pour corollaire, l’atteinte maximale du niveau d’immunité collective. Ainsi, il s’agira de plaider pour le financement de l’accès au vaccin, et de renforcer la protection sociale des personnes vulnérables. Cependant, les attentes économiques et financières ne sont pas des moindres.

Au plan économique et financier, il s’agira pour les chefs d’Etats de la Cemac de :

– Renouveler l’engagement solidaire, en faveur du Programme de Réformes Économiques et Financières, au sein de la Cemac (PREF-CEMAC). Par ricochet, jeter un regard, sur l’entrée des pays de la Cemac, dans des programmes de seconde génération avec le FMI.

– Décider de l’affectation partielle, des ressources issues des Droits de Tirages Spéciaux avec le FMI. Ceci dans le but de réduire les arriérés intérieurs, mais aussi du renforcement des fonds propres du système bancaire.

– Atténuer l’exposition des banques sur les États.

– Solliciter un soutien vaste de la communauté internationale, pour une relance et la reconstruction des économies de la Cemac.

Au plan monétaire, il est question de consolider la situation des réserves de change. Ceci en assurant, un retour progressif et prudent à politiques monétaires orthodoxes. Les chefs d’Etats poursuivront les réflexions, sur la coopération monétaire internationale. Ce qui devrait tenir compte, d’un cadre plus flexible. Cependant, la question budgétaire, devra compter sur la bonne gouvernance, en matière de gestion, des finances publiques. Souscrire à une transformation structurelle des économies, vers la diversification et l’intégration sous-régionale, seront un véritable saut qualitatif en matière de réformes. Il s’agira dans ces réformes, de densifier la lutte contre la corruption et de promouvoir un climat des affaires, propice à l’investissement privé.

DONALD ARMEL OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.