société : René Sadi condamne la dépravation des mœurs

Le ministre de la communication a effectué une sortie le vendredi 26 Août 2021 , afin de dénoncer les obscénités observées sur les réseaux sociaux.

société : René Sadi condamne la dépravation des mœurs

Au moment où le Cameroun assiste à une campagne de dépravation des mœurs, le gouvernement camerounais entend prendre le taureau par les cornes. C’est alors que , la dernière sortie du ministre Sadi, raisonne comme une sonnette d’alarme . Les réseaux sociaux , théâtre des publications dégradantes, ne sont pas du goût du gouvernement.

Le temps et ton de la répression.

Le ministre porte parole du gouvernement, semble très connecté sur la toile. Rappelant les faits, il a fait savoir que les vidéos mettant en scène la nudité et les ébats sexuels sont insoutenables .

 » De telles publications… Portent une grave atteinte à la conscience collective , ainsi qu’à la dignité humaine » , a-t-il déclaré. C’est donc le lieu , de reconnaître avec le ministre , qu ‘il s’agit des dérives et déviances totalement inadmissibles .

Par ailleurs, le ministre Sadi reconnaît que ces publications , choquent le substrat culturel de notre société. C’est ce qui par ricochet , constitue un péril grave pour l’équilibre de notre corps social .

Plus important encore, il a tenu à rappeler d’un ton ferme que :  » La démocratie dont nous jouissons abondamment … N’est pas la porte ouverte à la permissivité , au libertinage , à la licence , où chacun fait ce qu’il veut , quand il veut et comme il veut  » .

Il était donc question pour le gouvernement, à travers René Sadi , de condamner ces dérives dégradantes . Toutefois , la dignité de la femme, reste un sujet préoccupant . Bien que ces femmes, soient elles mêmes auteures de ces pratiques , il faut au moins protéger la dignité de celles-ci.

La loi offre des chiffres chiffres.

Les articles 263 , 264 et 265 du code pénal , traitent et condamnent à des peines privatives et d’amendes fermes ,tous ceux qui se rendent coupables de ces actes. Il s’agit des actes de publications obscènes, constitutifs d’outrage public à la pudeur et aux bonnes mœurs.

Bien que l’homosexualité soit interdite par la loi camerounaise , il a tenu à mettre en garde les populations qui se constituent en juges. Toutefois, la pertinence de la question ,  » quel Cameroun voulons nous , pour nos enfants ? » est toujours d’actualité.

Donald Armel OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.