Cameroun : La gestion des fonds du coronavirus provoque un séisme gouvernementale

Cameroun  : La gestion des fonds du coronavirus provoque un  séisme gouvernementale

L’enquête instruite par le chef de l’État sème la panique à bord du navire conduit par Joseph Dion NGUTE.

Le sujet fait les choux gras de la presse depuis un mois. Les réseaux sociaux sont alimentés sur une base quotidienne de révélations et autre correspondances sensées resté confidentielles. La guerre est ouverte et toutes les armes sont permises. Devant ce spectacle macabre, le public n’a que ses yeux pour pleurer.

 Le vol de trop en pleine tempête sanitaire

Depuis le début de la pandémie, la polémique enfle autour de la gestion des fonds et des dons dédiés à la lutte contre la covid-19.  Paul BIYA ouvre le bal en créant un fond spécial de solidarité national doté d’un milliard de Francs, jusqu’à date, on ignore tous des dépenses. Que dire des multiples présents matériels et financiers récoltés? La loi du silence est passé par là. Sentant le danger venir Jean-Michel Nintcheu, député du Social Democratic Front (SDF) commence à dénoncer à cor et à cri  de graves soupçons de détournements, de surfacturations et de rétrocommissions.

Pays en voie de développement, le Cameroun fait appel aux bailleurs de fond pour intensifier sa lutte. Le FMI (Fond monétaire international ) répond en octroyant globalement 382 millions de dollars soit  250  milliards de francs CFA. Des sources dignes de foi affirme  que le prêt de cet argent était conditionné par un audit indépendant sur leur utilisation. Seul bémol, le prêt  aurait  été distrait et le FMI demande des comptes depuis décembre 2020.

La guerre des réseaux pour le contrôle des fonds covid-19

 

L’événement majeur des quatre premiers mois de cette année reste et demeure les bruits de bottes autour de l’argent destiné à la COVID. Le pays semble pris en otage par le secrétariat générale de la présidence de la république et le secrétariat général du premier ministère. L’abondance de correspondance entre les deux institutions en dise  long. Séraphin Magloire Fouda, Ferdinand NGOH, NGOH, Laurent ESSO sont devenus des noms qui hantent les camerounais en suscitant crainte et tremblements au sein du sérail.

En prescrivant en Mars 2020, les 13 mesures à  respecter pour contrecarrer la covid-19, le chef du gouvernement prenait indirectement la direction de << la task force de la riposte contre la covid-19>> avec pour armé le MISANTÉ. Un an après de l’eau a coulé sur le pont. Les cartes redistribués. C’est désormais à la présidence de la république qu’elle est logée. Le combat est âpre entre les deux parties. L’audit  commandé par le créateur envenime la situation.

Thierry EDJEGUE

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.