Culture : Le Tchad célèbre le coq autour d'un festival

L’èvènement très couru est une belle expression de la richesse culturelle Toupouri.

Pas d’agneau mais bien un coq en victime expiatoire et de réconciliation de la communauté entière avec ses ancêtres et ses divinités. La fête du coq célébrée par les communautés toupouri notamment du Tchad et du Cameroun vers la fin de chaque année, est un grand moment culturel et spirituel au cours duquel de nombreux rituels et de nombreuses activités culturelles sont organisés, impliquant l’ensemble des communautés.

Une célébration sacrificielle

La fête du coq c’est d’abord la fête du sacrifice. Le coq , victime sacrificielle, cesse d’être un banal animal, pour revêtir la responsabilité de l’ intercesseur. Il se dit dans ces communautés que l’obéissance et la soumission du coq aux ancêtres lui aurait valu d’être très apprécié des ancêtres et les dieux. Il est donc qualifié pour se présenter devant ces derniers afin d’intercéder pour l’ensemble de la communauté. De même, la réponse des dieux peut être positive et s’accompagner d’abondance et de belles récoltes agricoles comme autres signes de richesse, de même elle peut être négative et être suivie d’inexplicables malheurs. La réponse est clairement exprimée par le côté sur lequel se couchera le coq une fois égorgé , avant d’être tourné autour d’un foyer de circonstance, côté gauche ou côté droit.

Un outil efficace pour la régulation de la vie sociale

La célébration de la fête du coq s’accompagne d’un ensemble de restrictions, principes et de règles qui visent à améliorer les attitudes et comportements des membres de la communauté. La confession de ses fautes est un préalable pour se débarrasser de tout le poids d’une conscience au fait de ses torts volontaires ou non pour espérer obtenir le pardon et se mettre à l’abri de représailles infligées par les dieux. La confession est publique et se fait sous l’arbre à palabres; un moment dirigé par le Chef Supérieur spirituel. Selon une sorte de charte, il est également formellement proscrit pendant cette période de se rendre coupable d’infractions et d’abus quelconques. Pas de disputes, d’injustice, de vol , pas de forfait, tout simplement éviter de se causer du tort ou de causer du tort à un tiers, pendant le moment de la célébration.

Une belle parade culturelle

Avec aux commande le Chef supérieur et spirituel appelé Wang Doré, la fête du coq est un moment festif marqué de belles parades culturelles, d’exhibition de beaux corps, de belles tenues traditionnelles, d’envoutantes sonorités traditionnelles, de danse , d’expression d’une belle oralité par la déclaration de longs poèmes de confession des tares encrées dans la communauté , de consommation de liqueurs traditionnels forts. L’instant très festif draine à chaque édition un monde impressionnant.

Rolande AGONG

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.