Mémoire : Vie et héritage de Félix-Roland MOUMIÉ à la nation

C’est en novembre 1960 que le héros national était assassiné à Genève.

C'est en novembre 1960 que le héros national était assassiné à Genève.

Le Cameroun n’a pas fini d’être redevable à Félix MOUMIÉ comme aux autres héros nationaux des années de l’indépendance. Né dans la Région de l’Ouest en novembre 1925, le successeur de Ruben UM NYOBE a largement participé à l’expansion de la lutte anticolonialiste et de l’UPC avant d’être assassiné à Genève en novembre 1960.

Le médecin colonial homme politique

Médecin chirurgien de profession après de brillantes études menées à Brazzaville et à Dakar, sa rencontre avec Ruben Um Nyobe en 1947 lui permettra de matérialiser un militantisme anticolonialiste dont la graine était déjà semée au cours de son parcours universitaire aux côtés notamment des Gabriel D’ARBOUSSIER et Jean SURET-CANALE. Son engagement politique lui vaudra d’être maintes fois sujet à des affectations disciplinaires notamment dans le septentrion et à l’Est du pays où il s’attèlera à faire passer le message de l’Union des populations du Cameroun et à gagner des militants.

Une rare ténacité

Félix MOUMIÉ ne se laisse pas influencer par les multiples affectations disciplinaires. Les idées indépendantistes de l’UPC ont le vent en poupe et pour réitérer une énième fois la ferme volonté des populations camerounaises à s’autodiriger, l’ UPC se mobilise en 1955 sur l’ensemble du territoire. En réaction à une sortie du Français Roland PRE, jugée mensongère, MOUMIÉ Organise une assemblée publique malgré l’interdiction des regroupements de plus de deux personnes. Le feu sera ouvert sur les militants pourtant non armés; bilan: des morts par milliers, le siège de l’UPC saccagé et de nombreuses arrestations enregistrées. MOUMIÉ s’échappe et rejoint le Cameroun britannique où il va poursuivre son militantisme sans jamais faiblir.

Héros national

La proclamation de l’indépendance du Cameroun en 1960 suite aux oppressantes revendications ne refroidira pas la lutte de l’UPC et de MOUMIÉ. Clairement vu comme une grande menace aux subterfuges de la France pour garder le pays sous contrôle, le successeur de Ruben UM NYOBE sera lâchement assassiné, empoisonné au Thallium en Belgique en novembre 1960, quelques jours après la célébration de son 35 ème anniversaire et proclamé héros national en 1991. Si Sa mémoire reste vivante à travers une rue de Montpellier en France qui porte son nom, des ouvrages et documentaires consacrés à sa vie et à sa lutte. Comme celles des héros de cette période trouble de l’histoire du Cameroun, notamment Ruben UM NYOBE , Ernest OUANDIE etc, la mémoire de Moumié attend toujours d’être honorée au Cameroun dans le dépassement de la loi de 1991 à la hauteur de son sacrifice.

Rolande AGONG

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.