Finances publiques : Les entreprises étatiques face au défi de performance

Le Ministre des Finances Louis Paul Motaze a rendu publique la circulaire N°4918/MINFI du 05 juillet 2022 régissant les contrats de performance entre l’Etat et les établissements et entreprises publics au Cameroun.

Le contrat de performance qui vise les entreprises et établissements publics dépendantes du portefeuille de l’Etat du Cameroun sus évoqué prend effet à compter du 1er janvier 2023. Cette convention sera étalé sur une période de deux ans. Ce contrat de performance peut-être défini comme un accord formel par lequel l’Etat d’une part et l’établissement public ou l’entreprise publique d’autre part, conviennent des objectifs à atteindre sur une période donnée, des moyens nécessaires ainsi que des modalités d’évaluation des résultats obtenus conformément au plan de développement stratégique ou au plan d’entreprise et aux objectifs des politiques publiques.

Une véritable renaissance

Ce n’est pas un concept nouveau, pour le pays de Louis Paul Motaze. l’Etat du Cameroun s’est essayé dans cet exercice, au milieu des années 1990 sous la pression des bailleurs de fonds. C’est alors ,qu’ une trentaine de contrats avaient été conclues entre l’Etat et les entreprises du secteur public et parapublic dont aucune évaluation n’a été rendue publique jusqu’ici. Comble de l’inertie et d’incompétence , certains critiques posent un regard sceptique sur cette autre opération qui est sur le point d’entrer en exécution : « Le problème du Cameroun est le laxisme de son gouvernement qui a pourtant des bons textes juridiques mais qu’il peine ou qu’il ne parvient pas à appliquer rigoureusement » , pense Rodrigue wamba, économiste et banquier camerounais.

Volonté manifeste de marquer un saut qualitatif

Le ministre des Finances a indiqué que , la mise en œuvre de cette réforme vise la faible performance de ces sociétés dans l’accomplissement de leurs missions statutaires et dans la génération de profits, l’augmentation d’un poids important sur les finances publiques.

A travers l’instauration de règles managériales basées sur la performance, le gouvernement camerounais se plie à une contrainte du Fonds monétaire international (FMI) dans le cadre du programme économique et financier triennal 2021-2024, qui devrait entre autres permettre de se séparer des entreprises improductives, budgétivores et vivantes essentiellement de subventions.

Selon la Caisse Autonome d’Amortissement (CAA), à fin mars 2022, la dette directe des établissements et entreprises publics du pays était estimée à 860 milliards de francs CFA (environ 1,34 milliard de dollars américains), soit 3,4% du produit intérieur brut (PIB). Des chiffre qui témoignent à coup sûr que les entreprises publiques camerounaises, sinon certaines constituent un gouffre à sous pour le portefeuille de l’Etat.

Une décision jugée nécessaire encore plus au moment où le pays et le monde font face à d’importantes crises tant sécuritaires que sanitaires. Il est davantage urgent que les entreprises du pays renforcent ou se mettent résolument au travail en vue de faire face à ces crises et maintenir le pays debout.

Donald OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.