Transport : Reprise du trafic sur la route reliant Yaoundé à Douala

Après 24heures de paralysie, la situation est revenue à la normale, au terme des négociations entamées avec le Collectif des syndicats nationaux des travailleurs des transports routiers du Cameroun, qui était en grève.

Ambiance des plus détendue ce matin du 14 Octobre 2021 ici à la gare routière de Mvan à Yaoundé. Passagers, conducteurs et responsables des agences de voyage vont et viennent dans un climat rassuré de reprise d’activités, après une longue journée de manque à gagner occasionné par la grève du Collectif des syndicats nationaux des travailleurs des transports routiers du Cameroun. Laquelle aura paralysé durant toute la journée les activités de transport sur une route qui fait partie des corridors Douala-Ndjamena et Douala-Bangui, sur lesquels transitent chaque année plus de 350 milliards de FCFA de marchandises centrafricaines et tchadiennes, selon la douane camerounaise.

Les négociations entamées hier 13 Octobre 2021 entre les responsables du Syndicat et les autorités publiques de la région du Littoral, ont permis de trouver un consensus au petit matin , favorisant ainsi la reprise du trafic sur ce tronçon très sollicité, pour la grande satisfaction des usagers de la route. « Depuis ce matin ça circule normalement. Hormis les embouteillages aux sorties et entrées de ces deux villes, tout va bien contrairement à la veille, où on nous a dit que la route était barrée à cause d’un mouvement d’humeur », affirme une passagère.

Il faut préciser que la situation tendue d’hier faisait suite aux revendications sociales du Collectif des syndicats nationaux des travailleurs des transports routiers du Cameroun, dont le préavis de grève avait été déposé le 29 septembre 2021 au ministère du Travail et de la Sécurité Sociale, lequel devait prendre effet à compter du 13 octobre 2021, si leurs revendications n’étaient pas satisfaites.

Parmi ces revendications formulées par ce collectif, les plus saillantes sont l’absence de contrats de travail, l’inexistence des bulletins de paie et des cotisations sociales en dépit des retenues effectuées sur les salaires à cet effet, la pratique des notes de débits en cas de pannes sur les véhicules, et la multiplication des contrôles des forces de l’ordre sur les routes, entre autres.

Christian Essimi

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.