Economie : Le Cameroun veut optimiser ses décaissements à la Banque Mondiale

C’est la quintessence d’une audience accordée le 13 Octobre 2021 au vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Ousmane Diagana par le ministre de l’Economie de la Planification et de l’Aménagement du Territoire.

Paradoxale est la situation actuelle du Cameroun auprès de la Banque Mondiale, l’institution financière qui l’accompagne dans 18 projets de développement. D’un côté, le pays manifeste des urgences en relation avec sa vision 2035 et bénéficie des financements, et de l’autre, il n’arrive pas à faire des décaissements normalement, pourtant, les ressources financières sont disponibles. Ce qui de toute évidence in quiète la Banque Mondiale, laquelle a d’ailleurs régulièrement fait des observations dans ce sens aux autorités de Yaoundé, qui ont fini par se montrer attentives à cette interpellation.

C’est en tout cas le sentiment qui se dégage de la sortie du Ministre de l’Economie, de la Planification et de l’Aménagement du Territoire, au cours d’une audience accordée le 13 Octobre 2021 au vice-président de la Banque mondiale pour l’Afrique de l’Ouest et centrale, Ousmane Diagana, dans laquelle il disait la chose suivante : « Le Cameroun vise des décaissements annuels moyens de 20 %, pour des projets qui s’exécutent en moyenne pendant 5 ans. Ce, avec des évaluations mensuelles, trimestrielles et semestrielles de l’exécution des projets financés par la Banque mondiale ».

Une démarche des autorités de Yaoundé qui vise non seulement à se conformer à l’engagement pris lors des dernières assemblées annuelles des institutions de Bretton Woods, mais aussi à réduire les points d’inquiétudes nourris par la Banque Mondiale au sujet des décaissements sans respect des obligations.
De ces échanges a-t-on appris, Plus de 655 milliards de FCFA seulement étaient décaissés à une époque récente, sur un portefeuille de 1 415 milliards de FCFA. A ce jour, ce portefeuille de la Banque Mondiale est 1233 milliards de FCFA.

Lors de la revue conjointe du portefeuille de coopération le 24 Mars 2021, le Directeur des Opérations de la Banque mondiale pour le Cameroun, Abdoulaye Seck, qui s’était réjouit de la pertinence et de la solidité du portefeuille, n’a pas par contre manqué l’occasion d’exprimer son inquiétude en ces termes : « Le taux de décaissement pour l’année fiscale 2021 est de 7 % présentement, et ne devrait pas excéder 12 % d’ici la fin de l’année fiscale au mois de juin, contre une performance attendue d’au moins 20 % ».

Christian Essimi

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.