Visites techniques : monsieur le ministre des transports au secours !

Les prix sont passés désormais du simple au triple. L’augmentation vertigineuse des prix des visites techniques donne des sueurs froides, au transporteurs et autres détenteurs de véhicules.

Depuis le 1er juin 2022, les prix au Cameroun sont montés d’un cran , au grand désarroi des propriétaires et détenteurs de véhicules. Dans un pays où la vie joue les clarinettes de la cherté, les nouveaux prix des visites techniques, donnent des torticolis. La nouvelle grille tarifaire applicable aux visites techniques, par exemple, d’une voiture de tourisme s’élève désormais à 17 900 FCFA toutes taxes compris contre 9500 FCFA prix avant l’entrée en vigueur des nouveaux tarifs. L’on note une augmentation de 8400 FCFA en valeur absolue. Pour les taxis le coût s’élève à 4900 FCFA contre l’ancien prix qui était de 2800.

Le Ministre des Transports précisait dans l’une de ses récentes sorties : « Faisant suite aux conclusions des concertations avec des administrations et les organisations socioprofessionnelles du secteur des transports routiers, ainsi que l’association de défense des droits des consommateurs […], j’ai l’honneur de vous demander de bien vouloir intégrer dans le système de sécurisation du processus de délivrance de la visite technique automobile, […], les éléments de tarification contenus dans le procès-verbal de consensus, ci-joint ».

Tel un crime prémédité.

Il faut préciser que c’est depuis le mois de décembre 2021, que l’Association des sociétés agréées pour le contrôle technique des véhicules du Cameroun (Asactv) a annoncé que ses membres vont augmenter les prix de leurs prestations parce qu’ils font face à des charges que les anciens prix ne peuvent plus couvrir. Une mesure qui devait être appliquée depuis janvier 2022. L’augmentation a su résister, pendant ce premier semestre de l’année 2022 , jusqu’à ne plus en pouvoir .

À l’aide monsieur le Ministre des transports !

Une inflation de plus et peut-être de trop , dans un contexte conjoncturel effroyable, c’est le constat que l’on peut faire de la situation économique du pays. Le Cameroun se trouve actuellement affaissé sous le poids de l’inflation des produits de premières nécessités à l’instar du riz, huile, savon et bien d’autres. Il faut aussi reconnaitre l’inflation des produits tels que la farine blé, le faire et même certains produits pétroliers du fait de la guerre en Ukraine.

Pour le cas des transports, les syndicats des transports, appellent au secours , le ministre des transports, afin de les soulager de leurs peines. « Pour revendiquer il faut d’abord se conformer. C’est la raison pour laquelle nous demandons à chaque camerounais d’appliquer les nouvelles grilles, sachant que nos différents syndicats sauront rentrer en négociation avec le ministre en charge des transports, qui a toujours prêté une oreille attentive à nos revendications. Nous souhaitons vivement qu’il fasse quelque chose pour revoir à la baisse, ces prix de visites techniques qui sont une frustration véritable » , s’est confié Paul Oloume président de l’association des transporteurs à awae escalier, ici même dans la ville de Yaoundé.

Donald OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.