Cameroun : Incohérences relevées autour des épreuves du Baccalauréat

Cameroun : Incohérences relevées autour des épreuves du Baccalauréat

Plus de 115000 élèves répartis sur le territoire national ont pris part aux épreuves écrites du baccalauréat d’enseignement général pour la session 2021.

Tout avait pourtant bien commencé ce mardi 08 juin 2021 avec le lancement des premières épreuves dans les 328 sous-centres d’examen au Cameroun, retenus pour abriter le passage des épreuves du bac A, C, D. Un examen du baccalauréat conçu sur le modèle de l’approche par compétence en cours d’expérimentation. Les curieux se demandaient comment seraient les premières épreuves dudit examen après sept années d’expérience de cette nouvelle approche dans l’enseignement secondaire. 

Un début d’examen apaise

Dès 8 heures, dans un silence de cimetière, les candidats des 328 sous-centres ont abordé avec sérénité les premières épreuves aux couleurs de l’APC. Sans surprise aucune, les examinateurs avaient respecté scrupuleusement le programme. Dans cette atmosphère la journée a suivi son cours normalement et sans heurts. A 17 heures les candidats ont quitté les différents centres peut être fatigué mais contents car pour certains ces épreuves avaient déjà été traitées dans certains établissements. Un élève regardant son professeur venu au centre les encourager témoigne « nous avons traité l’épreuve du commentaire composé avec notre professeur : monsieur vous êtes un sorcier » au centre écrit du lycée de Ndogpassi. 

Le déroulement du baccalauréat avec des épreuves imprévues

Les jours se suivront et seront plus difficiles pour ces candidats. Le deuxième jour, les candidats au baccalauréat littéraire seront évalués en philosophie.  Seulement, le sujet portait sur le programme de seconde. Notons qu’au regard du programme de philosophie très lourd en classe de terminale jadis, les inspecteurs ont cru bon avec la nouvelle approche pédagogique de disséquer ce programme et le rendre plus léger. L’initiation philosophique sera désormais enseignée en classe de seconde littéraire, la suite en première et la terminale un programme plus léger. Grande a été la surprise des élèves lorsqu’ils ont découvert l’épreuve de philosophe qui portait sur le programme de seconde.    

Les épreuves de cmc qui dérangent

On a observé une mauvaise synchronisation entre le ministère de l’enseignement secondaire et l’office du Baccalauréat du Cameroun (OBC). A deux semaines de l’examen, les élèves étaient supposés composer en histoire. Contre tout attente ils reçoivent une nouvelle information qu’ils composeront plutôt en géographie ce qui a laissé toute la communauté éducative sans voix. Deux jours avant l’examen on reçoit un autre communiqué cette fois-ci signé par madame la ministre et elle bat en touche les injonctions de l’OBC.

Les enfants des séries scientifiques ont tout de même attendu cette épreuve la peur dans le ventre.  C’est à la troisième journée que les candidats vont découvrir à la surprise générale que ces épreuves ne respectaient pas les normes APC. On a même constaté que l’épreuve de géographie chez les littéraires était hors programme. A quoi aurai servi les multiples séminaires de formation sur la nouvelle approche pédagogique ? Pourquoi pénaliser les élèves lorsqu’on sait qu’on les a interrogés sur ce qu’on n’a pas enseigner ? On se demanderait même si le choix de l’épreuve a été fait par des inspecteurs. Cet incident a sapé le moral des candidats. Quelque chose doit –être fait pour résoudre ce problème.

 Faustin kamgue

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.