culture : La Librairie des peuples noirs tient tête au temps

culture : La Librairie des peuples noirs tient tête au temps

Ouvert en 1994, l’espace se bat à garder son aura et continue d’honorer son statut de librairie de référence au Cameroun.

On l’a souvent dite morte avec son propriétaire promoteur. Dans un contexte envahi par l’avènement des réseaux sociaux et marqué par la quasi indifférence du politique vis-à-vis du secteur, l’œuvre de Mongo Beti semble avoir tenu le bon bout jusque-là, l’auteur de  » Mission Terminée » aurait de toute évidence réussi à trouver la bonne formule pour mettre à la disposition du Cameroun un espace livresque aux contenus à la hauteur du défi de l’édification et de la formation tant intellectuelle qu’humaine des camerounais.

En faisant fi des quelques rayons vidés de leur contenu, signe, on peut croire, d’un trafic important ici, la Librairie des peuples noirs située en plein cœur de Yaoundé, poste centrale, montée SNI, réussi encore à tenir le pari de la satisfaction des clients. « La librairie offre quand même des facilités. On a tout un panel de manuels puisque j’ai eu à faire des achats pour ce qui concerne le collège, notamment la classe de 4e; donc je pense que la Librairie des Peuples Noirs a quand même le maximum pour satisfaire les clients et parents en cette période de début d’année scolaire » affirme Stéphane NJOCK un fidèle client.


Les difficultés de cette impressionnante et atemporelle structure, d’ailleurs l’apanage de l’ensemble des librairies du pays, sont de l’ordre de l’absence d’un véritable enthousiasme du politique qui semble indifférent face aux réalités, aux déboires du secteur qui patauge et sombre. Pas d’enthousiasme, pas d’intérêt, pas d’accompagnement considérable, pas de politique économique pensée et implémentée pour voler au secours d’un secteur dont le Cameroun peut pourtant être fier, au vu du nombre remarquable d’auteurs camerounais sur le marché du livre.

Dans les rayons de la librairie tenue aujourd’hui par Odile TOBNER , des livres et ouvrages jeunesse, de culture générale, histoire, sociologie et des manuels scolaires pour le plus grand bien des amoureux de la lecture. Le temps passe, la modernité gagne de plus en plus de terrain, la politique culturelle patauge mais la Librairie des peuples noirs garde la tête bien hors de l’eau.

Rolande AGONG

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.