fistule obstétricale : Une préoccupation pour le gouvernement

fistule obstétricale : Une préoccupation pour le gouvernement

Le 26 mai 2021, à la salle des conférences du ministère de la santé, le Dr Manaouda Malachie a donné le kick off de la journée internationale pour l’élimination de cette maladie.

C’est en présence d’un parterre de personnalités et hommes de médias, que le ministre de la santé a ouvert la commémoration de la journée de l’élimination de la fistule obstétricale. Il faut rappeler que, la campagne nationale de solidarité, en vue de l’élimination de la pathologie, avait été lancée en novembre 2020. L’initiative bénéficiait, du soutien du ministères des affaires sociales. L’agence des nations unies pour la santé sexuelle et reproductive (UNFPA), entend conjuguer avec le minsanté pour l’élimination de la fistule obstétricale.

L’Etat est véritablement engagé dans l’élimination de la pathologie.

Dans son allocution d’ouverture, le ministre de la santé a tenu à remercier les organismes internationaux en charge de la santé. Il a par ailleurs rappelé, l’engagement du chef de l’Etat Paul Biya, dans la lutte pour l’élimination de la fistule obstétricale. Rappelons que son excellence, monsieur Paul Biya, avait pris part à l’assemblée générale des nations unies le 18 décembre 2018. C’est au cours de celle-ci, qu’il s’était solennellement engagé à combattre la fistule obstétricale au Cameroun.

Cameroun : la fistule obstétricale préoccupe le gouvernement

Dr Manaouda Malachie, a salué les efforts synergiques déployés par le gouvernement et ses partenaires. Lesquels partenaires se veulent, techniques et financiers.

Sensible à la cause des patientes de fistules obstétricales, la première dame du Cameroun, madame Chantal Biya, ne ménage aucun effort. Elle a d’ailleurs parrainé, la campagne de solidarité pour l’élimination de la fistule obstétricale lancée en novembre 2020. En outre, l’UNFPA, soutient le gouvernement depuis plusieurs années. Ceci au travers des campagnes gratuites de réparations des femmes porteuses des fistules.

 L’état des lieux préoccupant de la fistule obstétricale.

La fistule obstétricale, est l’une des lésions les plus dangereuses. Elles sont susceptibles de survenir lors d’un accouchement, si l’on s’en tient aux propos du ministre de la santé. Il s’agit d’une perforation entre le vagin et la vessie /ou le rectum. Elle est due à un arrêt prolongé de travail en l’absence des soins obstétricaux adéquats. L’on pourrait alors interroger, l’état du plateau technique de nos hôpitaux.

 « Au Cameroun, environ 20.000 femmes et jeunes filles, vivent avec cette pathologie », a déclaré le ministre de la santé. Ce qui démontre de la gravité de la situation, face à une maladie dite honteuse. L’écoulement des urines et /ou des selles, dont sont victimes ces femmes, n’honorent pas leur dignité.

D’après le ministre, cette situation regrettable perdure à cause du :  » coût élevé de la prise en charge globale » . Il fait par ailleurs savoir que, l’accès limité aux soins de qualité et l’isolement de ces dernières, rendent leur identification difficile. Cependant, les régions de l’Est et du septentrion sont les plus touchées.

Cameroun : la fistule obstétricale préoccupe le gouvernement

Des objectifs de la commémoration de la journée internationale de l’élimination de la fistule obstétricale au Cameroun.

Commémorer un tel jour, est d’une part, pour déstigmatiser la fistule obstétricale. Ceci à travers une communication adéquate. Il est aussi question d’inviter à une mobilisation massive, pour éliminer la maladie au Cameroun d’ici 2028. Dr Manaouda Malachie a fait remarquer que :  » Nous avançons résolument, vers la transformation du système de santé camerounais ».

Aussi, une telle commémoration consiste à appeler, à un engagement opérationnel des synergies. D’après le ministre, ces synergies permettraient :  » de venir à bout de cette bataille à coup sûre » . Pour conclure son propos, il a ainsi appelé à un ralliement de chœur.  » Nous pouvons agir, nous devons agir et nous allons tous agir. Pour la saine raison que, nous aimons voir ces femmes et jeunes filles sourire. Nous aimons les voir vivre une vie épanouie » . Telle est la substance, du propos du ministre en charge de la santé publique au Cameroun, Dr Manaouda Malachie.

DONALD ARMEL OMOLOBINA

Leave a comment

Send a Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.